Discours
  Allocution de Son Altesse à la Réunion des membres du Conseil Suprême de la Planification et le Développement  
  30 Juin 2007  
     
 

Mesdames et Messieurs,

Que la Paix et la Grâce de Dieu soient avec vous,

J'ai le plaisir de vous rencontrer aujourd'hui, pour poursuivre la discussion des questions et des sujets concernant notre société, dans le cadre des  responsabilités que nous sommes chargés d'assumer, pour réaliser les objectifs désirés dans le but de pousser la roue du développement et de l’évolution de notre pays.

Votre Conseil vénérable a eu un grand mérite d’examiner les affaires décisives et centrales de notre société. Vos rapports et recommandations à cet égard ont frayé leur chemin vers les centres de suivi du gouvernement et des autorités exécutives.

J'aimerais signaler que vous avez abouti à concevoir des idées constructives dans vos rapports et vos études, spécialement dans votre très important rapport concernant l'éducation qui a  fort intéressé Son Altesse l'Emir du Koweït, qui a lancé un appel noble pour tenir une conférence nationale et discuter les problèmes de l'éducation, car elle est considérée comme l'investissement humain  le plus important au Koweït. Cette conférence aura lieu, avec la volonté du Dieu, en février prochain.

Mesdames et Messieurs,
Votre vénérable Conseil a examiné la question de la privatisation, qui a, comme vous le savez, une priorité dans le programme de travail du gouvernement, ainsi que vous avez proposé des recommandations qui pourraient soutenir l'orientation du gouvernement dans ce domaine. Je vous assure que vos efforts étaient et seront toujours un appui important pour nos travaux au gouvernement.

Sur ce, j'ai tenu à vous rencontrer aujourd'hui, après votre fructueuse réunion avec Son Excellence, le Ministre des Finances, et à écouter vos suggestions qui contribueraient à surmonter les obstacles rencontrés par notre pays, vu la diversification des expériences de votre vénérable Conseil dans beaucoup de domaines, et desquelles le gouvernement aimerait bénéficier.

Mesdames et Messieurs

Finalement, je ne pourrais qu'exprimer mon désir de rendre l’action de votre vénérable Conseil plus efficace et plus bénéfique  pour l'Etat, et d’y trouver un appui à travers la consultation, et un dépôt de nouvelles idées au service de  notre pays et des futures générations sous la direction avisée de Son Altesse l'Emir, et Son Altesse le Prince Héritier.

 
  Imprimer cette page