Discours
  Allocution de Son Altesse le Premier Ministre à la Première Réunion du Conseil des Ministres  
  29 Mai 2008  
     
 

Chers Confrères, 

J'ai eu l'honneur de répondre à la haute volonté de Son Altesse l’Emir, de me nommer Premier Ministre, tout en exprimant à Son Altesse toute ma reconnaissance et ma gratitude pour cette précieuse confiance. J’ai l’infini plaisir de rendre  tous mes hommages à Son Altesse le Prince Héritier et de lui exprimer toutes mes considérations, pour ses bénédictions et son soutien. 

Chers Confrères,

Je me réjouis, en cette première réunion du conseil des ministres, de vous adresser mes remerciements les plus sincères pour avoir accepté de partager avec moi cette grande responsabilité, prêts à toute coopération et  solidarité requises  pour la réalisation de nos objectifs de réforme et de développement fixés. Et je ne manquerais  pas, en cette occasion, de rendre  hommage  à l’esprit de responsabilité, dont ont fait preuve les membres de l’Ancien Gouvernement, tout en les remerciant sincèrement pour leur bon rendement efficace, etleur coopération continue  au service du pays et de ses concitoyens. 

Nous savons tous que nous sommes au seuil d’une nouvelle phase où nous aspirons à un avenir brillant et remarquable, une phase qui est pourtant pleine d’évolutions et de leurs contre- effets, qui affectent la région, à l’intérieur et à l’extérieur. Face à cette situation, nos responsabilités s’amplifient, et nos priorités convergeront vers le travail assidu pour consolider et raffermir l’Etat de la loi et des institutions, pour que le Koweït demeure le pays de la  paix et de la sécurité, l’oasis de la liberté, de l’égalité, et de la démocratie, et le centre financier, commercial, et culturel évolué dans la région et dans le monde.

Sans doute, vous êtes d’accord avec moi, Chers confrères, que nous avons besoin de déployer davantage d’efforts continus, et  de plus d’assiduité fructueuse pour être à la hauteur de cette importante responsabilité. Et à cet effet,  nous  sommes appelés à faire preuve de modernisation et de créativité.

La première urgence qui se présente maintenant, serait peut-être de réviser les lois, les législations et les règlements procéduraux, et de les développer et les activer de façon à ce qu’ils soient aptes à réaliser l'évolution qualitative voulue, en nous  libérant du mode de travail traditionnel consumé, en mettant fin aux aspects de défectuosité et des défauts de fonctionnement, en réduisant la routine administrative et en nous engageant sérieusement à remplir les besoins et les obligations de la fonction publique, et en appliquant le principe de la récompense et du châtiment sur tous, ce qui  aboutirait d’office à un meilleur rendement fonctionnel et à la réalisation des intérêts des concitoyens avec facilité et aisance.

Ensemble, nous convenons qu'il faut consolider les valeurs positives chez les jeunes,  prendre en considération leurs affaires et leurs appréhensions,  les équiper des moyens de la science et de la connaissance avancée, les armer de la culture de la tolérance, du dialogue et de la modération, et les encourager à rejeter la violence et le racisme sous toutes ses formes et ses motifs, pour que les Koweïtiens demeurent une entité unique dans son genre, et une union nationale animée par l’ardeur des mêmes  objectifs, buts et aspirations.

Chers Confrères,

Si notre destin est d'assumer la responsabilité nationale, dans ces conditions délicates qui prévalent dans la région, nous ne changerons pas nos constantes établies dans nos rapports avec notre entourage et avec le  monde, et notre politique  étrangère restera, comme toujours, tant  sur le plan arabe et musulman, que  sur le plan régional et international, un pont de paix et d’amabilité, et un flambeau de civilisation pour le  progrès humain et pour le bien de l’humanité toute entière.

Il ne fait pas de doute que nous sommes sur le seuil d’une étape où nous faisons face à un grand nombre de responsabilités qui exigent de nous un travail fort sérieux, et un redoublement d'efforts, pour préparer le programme de travail du gouvernement, à la lumière d’une stratégie claire, et dans le cadre du projet du plan global du développement, que nous veillons à ce qu’il soit  réaliste et qu’il couvre tous les éléments de l'exécution, du bon suivi, et du redressement, dans le but de  traiter toutes les questions et tous les problèmes, et de réaliser les exigences requises pour le  développement dans ses divers domaines, ce qui assurerait à notre pays la prééminence, le progrès et la prospérité .

Avec tout ce qui précède, nous jouirons d’un avenir épanoui et resplendissant, en nous appuyant sur les préceptes de notre sacrée religion, en respectant nos nobles valeurs morales héritées, et en nous laissant conduire par les conseils et les directives avisés de Son Altesse l’Emir, avec l’appui et l’assistance de Son Altesse le Prince Héritier, et avec la coopération positive et fructueuse avec l’honorable Assemblée Nationale, pour assumer les charges  et les responsabilités communes dans la réalisation de nos objectifs dans les problèmes et projets vitaux, avec l’appui et la bénédiction de nos chers concitoyens et de nos médias nationaux bien compétents dans l’accomplissement de leur rôle responsable en tant que tribune libre chargée de veiller sur l’intérêt publique et de conserver la réputation du pays et de son prestige dans le monde.

Je prie Dieu de nous accorder la réussite en tout ce qui serait correct et satisfaisant dans nos actions, de guider nos pas vers la bonne voie, de nous soutenir dans l’accomplissement de notre devoir en faisant honneur au Serment Suprême, pour que notre pays jouisse de l’abondance et de la prospérité, sous la Haute protection et la bannière de Son Altesse l’Emir, et de Son Altesse Son Prince Héritier.

 
  Imprimer cette page