Discours
  Discours Amiri prononcé par Son Altesse le Premier Ministre à l’ouverture de la première session de la douzième législature de l’Assemblée Nationale  
  1 Juin 2008  
     
 

Au nom d’Allah le tout Miséricordieux, le très Miséricordieux
« O vous qui avez cru ! Craignez Dieu. Que chaque âme voit bien ce qu'elle a avancé pour demain. Et craignez Dieu, car Dieu est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites. »
Allah a dit la vérité

Que l'éloge soit fait à Allah, le Tout-Puissant, pour ses bienfaits innombrables et ses conseils. Que la paix et les bénédictions soient avec notre Prophète Mahomet, sa famille et ses disciples. 

Président de l'Assemblée Nationale Vénérable, 
Membres Distingués, 

Avec l'aide et l’assistance accordée à nous par Allah, et les conseils du Coran, et avec une sincère volonté nationale, nous commençons une nouvelle ère prometteuse à l’ouverture de la session de la douzième législature de l'Assemblée Nationale. Notre objectif a été et restera toujours la prééminence du Koweït et son progrès, ainsi que le bien-être de son peuple. 

Je suis heureux en cette estimable occasion, d’exprimer mes sincères félicitations pour votre victoire aux élections législatives, et pour la confiance que vous avez gagnée. Je suis également heureux et fier de féliciter le fidèle peuple koweïtien pour avoir élu ses représentants à l'Assemblée Nationale et pratiqué cette responsabilité nationale dans un climat démocratique qui s'est distinguée par la transparence totale, la liberté, l'intégrité, la neutralité absolue et le respect des lois, et qui a gagné l'admiration de tous.
Président et Membres Distingués,
Malgré notre fierté de cette évolution qualitative dans notre parcours nationale, nous sommes affligés et attristés par la perte de Son Altesse l’Emir père, Cheikh Saad Al Abdullah Al Salem Al Sabah, le 14ème Emir de l’Etat du Koweït, et l'homme qui s’est dévoué pour le bien de ses compatriotes, qui, l’ont aimé pour son patriotisme sincère, et sa détermination fervente, provenant de l’héritage des pères et des ancêtres, pour promouvoir le statut de sa patrie.

C’est le père humain fidèle à ses compatriotes, un chef dévoué aux questions de sa patrie, le pionnier de la philosophie de la tolérance et du relèvement culturel. C'est un bon exemple à suivre pour établir l’Etat de la loi et des institutions, en méthodologie et en pratique. Il est le pasteur sincère de la paix et de la stabilité dans la région et dans le monde. Il a joué un rôle héroïque dans la libération du Koweït de l’invasion irakienne odieuse. C’est l’homme des situations difficiles, et des accomplissements mémorables, dans la reconstruction durant une phase très critique et délicate dans l’histoire nationale du Koweït.

Nous prions Dieu le Tout-Puissant d’étendre sa miséricorde sur le feu du Koweït, Son Altesse l’Emir père, et de nous accorder la patience et la consolation.

Monsieur le Président, Membres Distingués,

Je trouve juste de louer les divers efforts et préparatifs fournis lors des élections, par les autorités compétentes pour l’organisation des élections parlementaires, qui se sont déroulées, pour la première fois, selon le système de cinq circonscriptions, remplaçant le système des 25 circonscriptions, qui avait duré près d'un quart de siècle, et où le projet du décret de loi rectifiant quelques dispositions de la loi numéro 35 de l’année 1962, concernant les élections de l’Assemblée Nationale, afin de faire face au changement essentiel qui a touché la distribution des circonscriptions électorales et ce qui en suit de rectification des procédures de l’opération électorale, dans le but de faciliter aux électeurs l’accomplissement de leur devoir électoral, et permettre aux organisateurs de l’opération d’exécuter leurs responsabilités de la meilleur façon.

Désirant éviter d'être soupçonné d’interférer dans le processus électoral, et voulant garantir la neutralité et la compétition honnête entre les candidats, le gouvernement s’est engagé de suspendre les fonctions de supervision, ainsi que le transfert et la délégation des fonctionnaires des ministères, des départements, des autorités et d’autres appareils gouvernementales tout au long de la période des élections.

Et dans le but d’atténuer les charges du niveau de vie pour les citoyens face à l’augmentation des prix des produits de consommation, le gouvernement s’est hâté à donner une allocation de cherté de vie aux citoyens et aux résidents travaillant dans le secteur public, ainsi qu'aux travaillants au secteur privé, y compris les citoyens, les retraités, les bénéficiaires des aides publiques, et les handicapés, en addition d’un ensemble de procédures suivies par les autorités compétentes, dans le but de subventionner beaucoup de produits de consommation, outre les divers procédures de contrôle des prix, et cela pour contribuer à fournir les éléments d’une vie décente pour les citoyens.

Il faut noter aussi les efforts du gouvernement dans la réalisation du 4ème Forum Economique Islamique Mondial qui s’est tenu récemment au pays sous l’intitulé (Les pays islamiques partenaires dans le développement mondial), et l’annonce de l’initiative du Koweït de fonder le « Fonds de la vie décente aux pays islamiques », cette initiative qui a incarné le rôle de pilote de l’Etat du Koweït dans le support et le renforcement de la solidarité islamique, basé sur les responsabilités humaines des citoyens pour aider leurs frères dans le monde arabe et islamique.

Monsieur le Président, Membres Distingués,

Nous sommes destinés à vivre dans une région considérée comme la région la plus instable au monde, où les conditions sécuritaires se détériorent et se compliquent de plus en plus. Peut-être, la gravité du problème réside dans les répercussions et les impacts qui affectent toute la région, et qui nous imposent des défis devant lesquels nous ne pouvons qu'agir d'une façon appropriée, selon les préceptes de notre religion, pour maintenir la sécurité et la stabilité de notre pays, vu que les droits du Koweït est notre grande responsabilité historique, que nous devons assumer tous ensemble, devant Allah, et devant notre peuple et les générations futures.

Nous pouvons dire sans aucun doute que les aspects négatifs, qui ont miné les relations entre le pouvoir législatif et le pouvoir exécutif dans la précédente législature, ont entravé les réalisations nécessaires, et  ont obstrué le parcours de l’action nationale, ce qui a causé un grand mécontentement public.

Monsieur le Président, Membres Distingués,

Nous ne pouvons pas ignorer certaines pratiques qui ont soulevé de nombreuses interrogations devant lesquelles  nous étions obligés de s'arrêter avec méfiance afin de pouvoir les affronter, notamment, les pratiques qui renforcent les aspects de préjudice sans précédent dans la société koweïtienne. Ces aspects minent l'unité nationale, ainsi qu'ils sont incompatibles avec la démocratie et ne servent pas l'intérêt public. Parmi ces pratiques étranges, nous trouvons aussi la violation de la loi et l'empiètement de l'autorité des institutions publiques. Nous sommes tous conscients qu'il s'agit là d'une atteinte à la stature et à la souveraineté de l’Etat, ce qui permet aux autres d’interférer dans ses affaires, et cela est en fait inacceptable, et ne peut être négligé en aucun cas.

La pratique a affirmé que l’entrelacement des pouvoirs et le non-respect des limites, pourraient se traduire en une violation de la constitution, ainsi qu'ils pourraient dissiper les capacités et les efforts, et nuire à l'intérêt national.

Nous reconnaissons tous, que le respect du principe de la séparation des pouvoirs, tout en coopérant tous ensemble, conformément à l'article (50) de la constitution, est un pilier constitutionnel indispensable pour assurer la vigueur de l'Etat. La coopération ne signifie, en aucun cas, qu'un pouvoir renonce à ses compétences, qu'il outrepasse un autre pouvoir, ni qu'il usurpe sur les droits parlementaires des membres de l'Assemblée Nationale, étant donné que la coopération visée est un objectif positif qui ne porte pas atteinte aux droits des membres, pas plus qu'il n’augmente la dominance du gouvernement. C’est une relation fondée sur une invitation à assurer la bonne utilisation des instruments de suivi et d'interrogation en conformité avec les préceptes et les conditions déterminés par la loi, et le respect des dispositions de la constitution et du règlement interne de l'Assemblée Nationale. Il s'agit d'une coopération constructive qui contribue à l'activation de la démocratie et la réalisation de ses nobles objectifs.

Monsieur le Président, Membres Distingués,

La scène locale s’est lassée des innombrables discours et des slogans qui n’ont abouti à rien. Chaque fois que notre expérience dévie de nos paramètres nationaux, elle perd sa soupape de sécurité car les pays sont construits à travers leurs expériences qui sont cultivés par des événements positifs et marquants.

Le moment est venu pour regarder autour de nous dans toute la région afin d’examiner la situation présente, ainsi que les séditions, les destructions et les ravages endurés par les peuples à la suite de mortelles erreurs de calcul. 

Les résultats de la précédente législature n'étaient pas au niveau des espoirs et des aspirations désirés. Nous attendons avec impatience une nouvelle ère parlementaire accompagnée d’espoir et d’optimisme à surmonter tous les anciens obstacles et les entraves. Par conséquent, il est impératif de faire de cette législature un modèle distinctif à travers lequel nous atteindrons tous nos aspirations et accomplissements souhaités pour servir le pays et les citoyens. 
 
Monsieur le Président, Membres Distingués,

Le gouvernement a entrepris la préparation d'une vision stratégique générale de l'Etat, en coopération avec les autorités spécialisées, en vue d'achever le plan de développement, puis le soumettre à votre vénérable Assemblée, à la prochaine session, afin de publier la loi relative convenable.

Le gouvernement doit également présenter son ordre du jour à l'Assemblée avant le début de la prochaine session, conformément à l'article (98) de la Constitution, en assurant que l'ordre du jour comprendra tous les moyens et les instruments nécessaires à sa mise en œuvre, et qu'il sera réaliste et applicable selon un calendrier bien étudié, afin de garantir la réalisation des besoins réels de nos aspirations en matière de développement et de la meilleure utilisation du temps, des efforts et des potentialités. 

L’ordre du jour du gouvernement sera consacré à la réalisation du contenu du plan de développement, en abordant toutes les questions fondamentales dans le pays, surtout la construction de l’individu koweitien qui est considéré comme un élément fondamental dans le processus de développement intégral, et le rassemblement des les efforts visant à améliorer tous les services, notamment, les services de l'éducation, de la santé et du logement, ainsi que l'amélioration du réseau de la sécurité sociale. Les instituts de la société civile joueront un rôle effectif dans la réalisation de toutes ces questions.

L’ordre du jour du gouvernement portera également sur les moyens de mettre en œuvre le processus de la réforme économique de la phase suivante, en veillant à renforcer le statut de notre pays en tant qu'un centre commercial et financier développé, sur le plan régional et mondial, ainsi qu'à diversifier et augmenter les sources de revenus, et à activer le processus de développement global. 

Sans aucun doute, un bon nombre des appels et des recommandations soulevés par quelques membres de l'Assemblée Nationale, et dominés par le trait de consommation, proviennent de ce qui est connu par les excédents financiers découlant de la variation et de l'augmentation des prix du pétrole. Cette question doit faire l'objet d'une étude sérieuse et globale qui traite ses angles et ses dimensions économiques, et leur impact sur les conditions de vie des citoyens, afin d'assurer le meilleur investissement des excédents financiers réels et les propulser vers la construction et le développement durable qui sert les intérêts des citoyens, et leur fournit les moyens de vie digne au présent et dans l'avenir. L'ordre du jour du gouvernement assure aussi le soutien et le développement du secteur privé, et le renforcement de ses capacités, pour contribuer plus effectivement à pousser la roue du développement.


En ce qui concerne l'investissement et l'amélioration de l'environnement des investissements dans les domaines du développement, le programme du gouvernement comprendra des moyens de développer et de moderniser la structure légale, qui assurera la compréhension des exigences de l'évolution et du changement, tout en se concentrant sur l'expansion et la modernisation de l'infrastructure dans les différents secteurs et à tous les niveaux pour atteindre les ambitions recherchées du développement.
 
Nous plaçons de grands espoirs sur la coopération positive entre le Législatif et l'Exécutif, afin de refléter l'esprit de responsabilité et l’importance du devoir pour élever le statut de notre pays au rang dont il est digne.

Monsieur le Président, Membres Distingués,

Face aux défis de cette phase, nous sommes demandés d'être à la hauteur de la responsabilité, afin de confronter ses conséquences et ses effets. Nous devons également réaliser que le Koweït ne se limite pas à une catégorie sans l'autre, à une seule secte, ou à une seule tribu; le Koweït appartient à son peuple, qui conserve son identité et qui préserve sa solidarité nationale, en étant fidèle à cette chère terre considérée comme la mère compatissant envers ses enfants qui sont tous fidèles et dévoués. 


Il n'y a pas d'excuse pour porter atteinte à notre devoir national de transmettre la responsabilité aux prochaines générations. Le Koweït est, pour son peuple, le berceau de la sécurité et le refuge de sa vie digne; c'est le passé, le présent et le futur. Nous devons apprendre la leçon avant qu'il ne soit trop tard, pour préserver son statut et honorer à jamais son existence comme l'Etat de la loi et des institutions et l'oasis de la sûreté et de la sécurité.

Monsieur le Président, Membres Distingués,

Nous vivons dans un pays qu'Allah a béni avec de nombreuses richesses, et qui possède les potentiels et les possibilités lui permettant d'être en tête des pays développés. Il n'est plus question donc de perdre plus de temps, d'efforts et de potentiel.


Nous avons une grande confiance que vous êtes en mesure de parvenir à un accord qui représente une véritable intention, et une sincère volonté et détermination pour activer la volonté du changement positif, afin de réaliser l'évolution qualitative dans tous les domaines de la vie, et de réaliser les espoirs et les aspirations du peuple koweitien, élevant le statut du Koweït et visant à consacrer la méthode démocratique par la pensée et la pratique, et à renforcer le statut des Koweïtiens pour qu'ils continuent à être la véritable richesse du pays. Les pays ne sont pas construits sur les rêves, les espoirs et les bons vœux, pas plus qu'ils ne prospèrent sans la planification rigide et le travail sérieux. Nous sommes tous partenaires dans la prise de décision et la grande responsabilité en coopérant tous ensemble, en personnifiant l'unité, la solidarité et la véritable communication, guidés par le verset coranique: « et ne vous disputez pas, sinon vous fléchirez et perdrez votre force », Allah le Tout-Puissant a dit la vérité, et constamment inspiré par les préceptes de notre religion et de notre shari'a, et adhérés à nos paramètres nationaux. Nous prions Dieu le Tout-Puissant de nous doter la sincérité dans nos actions, et le succès dans nos aspirations, pour la prospérité de notre pays.

 
 
  Imprimer cette page