Discours
  Allocution de Son Altesse le Premier Ministre devant les étudiants de l’Ecole Eliot pour les Affaires Internationales Université Georges Washington  
  18 Septembre 2008  
     
 

Monsieur le Président Knapp,
Messieurs et Mesdames les Membres du corps enseignant de la Faculté,
Messieurs et Mesdames les Convives Distingués,
Chers Etudiants,

A vous tous, j’adresse mes remerciements les plus fins pour votre chaleureux accueil,

Monsieur le Président Steven Knapp,
Je vous remercie infiniment pour votre geste généreux en m’octroyant « la Médaille du Président ». Je suis surtout honoré de recevoir cette médaille distinguée, surtout que notre Emir, Son Altesse Cheikh Sabah Al Ahmad Al Sabah, a reçu le Doctorat Honoraire de cette notable institution université, il y a 3 ans. De même, comme j’ai le plaisir d’être ici, avec vous, pour parler de la relation historique entre nos deux peuples, une relation qui a duré plus de 100 ans, et a été bien prouvée, il y a plus de 18 ans, lorsque Saddam Hussein a envahi et occupé mon pays.

J’aimerais vous exprimer la gratitude la plus profonde du gouvernement et du peuple  Koweïtien, pour le rôle exceptionnel de votre gouvernement, notamment des jeunes hommes et femmes de vos forces armées remarquables, qui ont répondu, en 1991, à l’appel d'aider à sauver un petit pays, loin de leur patrie, de l’agression brutale commise par un impitoyable voisin.

La relation entre les Etats-Unis d’Amérique et le Koweït s’est considérablement développée et a énormément résisté depuis 1951, lorsqu'un premier consulat américain fut ouvert au Koweït. Dix ans plus tard, quand le Koweït devint un Etat indépendant en juin 1961, le Consulat devint la première Ambassade américaine à cette époque, c.à.d. lors des premières dix années de l’indépendance, le Royaume-Uni était notre allié le plus important, et, quand nous dûmes affronter le premier et le plus menaçant problème de politique étrangère, suite à la revendication de l’Iraq, par son président à l’époque, Abdulkarim Quassem, du territoire de Koweït, les britanniques répondirent à la demande de l’Emir du Koweït,  pour l’assister à faire face à l’invasion iraquienne. Les Nations Unies à leur tour, elles aussi, soutinrent la souveraineté du Koweït, et, plus tard, les troupes britanniques furent remplacées par les forces de la Ligue Arabe jusqu’en 1963, quand elles furent demandées de se retirer.

Pendant la période étalée entre les années 1961 et 1980, nos deux pays établirent des relations normales, essentiellement basées sur une coopération commerciale et énergétique, en plus d'un modeste programme d’assistance militaire bilatérale. Durant ces années, le Koweït a cherché à maintenir l’équilibre dans sa politique étrangère vis à vis de l’Occident et de l’ex-Union Soviétique, et de ses voisins.

En tant que membre de la Ligue Arabe, qui nous a soutenu dans nos moments de difficultés, le Koweït a souvent pris des attitudes qu'il a considéré favorables à  son intérêt, alors que Washington les jugeaient différemment, et dont, entre autres, son soutien pour l’OLP « Organisation de Libération de la Palestine » contre l’occupation israélienne d’un pays arabe, et la participation du Koweït au boycottage du pétrole en 1967 et  en 1973. Cependant, le Koweït a maintenu ses relations avec Washington tout au long de cette période malgré  les objections de certains pays arabes.

Nos relations dans le domaine de la  sécurité  commencèrent à se renforcer en cours des années 80, suite à la guerre Irano-irakienne, qui dura huit ans. Onze de nos tankers furent alors autorisés à lever l’étendard américain, donc, placés sous la protection de la force navale des Etats-Unis. Les efforts fournis pour l’affaire de « l’échange des drapeaux », connue sous le nom de la «Guerre des Tankers» débutèrent en janvier 1987, financée par le gouvernement. L’opération de « l’échange des drapeaux »  marqua le début d’un partenariat stratégique entre les Etats-Unis et le Koweït, et un renforcement des relations bilatérales, qui furent prouvé quelques plus tard, quand les forces de Saddam Hussein envahirent et occupèrent mon pays, le 2 Août 1990.

Et, grâce aux efforts remarquables et infatigables, fournis  par le  41ème Président des Etats-Unis, Georges Bush, et de son gouvernement, la coalition historique des forces multinationales fut mobilisée, sous les auspices des Nations Unies, et les Forces Alliées menèrent une grande campagne militaire, dénommée "l’Opération de la Tempête du Désert", qui aboutit à la  libération du Koweït. Les forces aériennes koweïtiennes participèrent fièrement à cette coalition, et ses avions, décollaient alors, des bases Aériennes du Royaume de l’Arabie Saoudite. Le Koweït ne resta pas inactif depuis sa libération, il y a 18 ans. Les relations de sécurité établies entre le Koweït et les Etats-Unis, qui revêtirent l’aspect officiel en 1992, par un accord de coopération militaire, se sont largement et profondément renforcées, dans la période de l’après guerre du Golfe. Le Koweït et les Etats-Unis travaillèrent étroitement, pendant  toute la période des années 90, à surveiller Saddam Hussein et lui à imposer le respect des résolutions  du Conseil de Sécurité des Nations Unies, et lorsque la diplomatie et les sanctions imposées échouèrent, le Koweït assura aux Etats-Unis, une base principale pour le lancement de ses forces, dans l’opération de la libération de l’Iraq, en 2003.

Le Koweït a aussi coopéré avec les Etats-Unis pour renforcer ses capacités défensives, à travers l’acquisition de plus de huit milliards de dollars, en forme d’aides militaires et techniques, comprenant des missiles « patriotes », des avions de chasse « F-18 », des Chars d’assaut « M1A2 », des Hélicoptères "Apache", et des vaisseaux navals américains. Ces systèmes assurent à nos forces armées, la capacité d’opérer avec les forces Américaines, dans les cas où nous aurons à affronter de nouveau, un ennemi commun. En vue d’être prêts à une telle probabilité, nous engageons actuellement un dialogue officiel portant sur la sécurité, avec les Responsables du gouvernement Américain, afin de définir les menaces régionales, et le terrorisme international, et de les affronter.

En tant que partenaire effectif dans la campagne internationale contre le terrorisme mondial, présidée par les Etats-Unis d’Amérique, le Koweït assure l’assistance Militaire, diplomatique, et de renseignements, à laquelle s’ajoute le soutien des efforts fournis pour assécher les ressources du financement des groupes terroristes. Le Koweït  poursuit de même son rôle dans la diplomatie régionale. Nous sommes des alliés  actifs  et importants  des Etats-Unis, dans la guerre mondiale contre le terrorisme, et nous entretenons des  consultations fermes et solides  avec les Etats-Unis, et avec nos voisins, sur l’étude des nouvelles menaces qui ont émergé dernièrement dans la région du Golfe et au delà.

 L’autre face de notre rôle régional vital, réside dans le développement d’une nouvelle relation avec un Iraq nouveau. Nous y observons de près, les développements qui s’y déroulent, et nous aspirons au retour de notre ambassadeur à Bagdad, lequel  a déjà prêté serment, Mardi le 16 Septembre, et à accueillir le nouvel ambassadeur iraquien au Koweït.

Au Koweït, comme ailleurs, l’impact ne s’est pas limité à son seul territoire mais, il l’a dépassé pour affecter tout le Moyen-Orient et le monde entier. Pour cette raison, nous continuerons à soutenir les efforts des Etats-Unis et du gouvernement iraquien afin de réaliser la stabilité du pays, et de jeter les fondements  d’un Iraq capable de contribuer intégralement à la stabilité, à la paix et à la prospérité au Golfe et au Moyen Orient.

Les crises et les tensions régionales ont clairement prouvé la croissance de la dépendance mondiale sur les ressources pétrolières vitales de la région du Golfe, et, il est probable que cette dépendance continuerait dans l’avenir  prévu, tant que 47% des réserves de pétrole fixes, se trouvent enfouis sous le sable de la péninsule Arabe, ce qui signifie la nécessité d’une coopération plus solide entre les pays producteurs et les pays consommateurs afin d’éviter davantage de perturbations vis-à-vis des fournitures pétrolières, et des répercussions économiques qui en découlent.

En raison de la concentration constante sur les problèmes de sécurité dans le Golfe, la véritable nature des relations commerciales solides, existant entre les Etats-Unis et les pays du Golfe reste inconnue, car, le Conseil de Coopération du Golfe, comprenant le Koweït, le Royaume de l’Arabie Saoudite, le Bahreïn, le Qatar, les Emirats Arabes Unis et Oman, est considéré comme étant le 6ème plus important partenaire commercial des Etats Unis. Pendant plusieurs années de la dernière décennie, les Etats-Unis d’Amérique ont joui d’une abondance commerciale annuelle totale dans la région des pays du CCG parmi toutes les régions commerciales majeures du monde. 
 
Localement, après la guerre de 1991,  nous n'avons pas seulement restauré   le pays en le ramenant à son état préalable, mais, nous avons aussi réanimé précisément la démocratie parlementaire, car la politique du Koweït a toujours été très active et vibrante avec tous ses aspects positifs  et négatifs. Notre processus de succession du pouvoir en 2006, a été sans précédent, a acquis l’admiration internationale, et a été décrit par le « processus digne d’être imité ».

 Depuis 2005, la femme koweitienne acquit le droit du vote et s’est assurée un siège au Conseil des ministres, et  une place au parlement, où nous espérons qu'elle sera élu prochainement.

Avec ces réalisations,  le Koweït est devenu un modèle du progrès politique et démocratique au  Moyen-Orient et au monde Arabe. Le Koweït a aussi adopté les projets libres pour son avenir économique. Nous avons soutenu plus largement le secteur privé, afin de réaliser une expansion économique continue pour notre peuple. Nous  fournissons tous les efforts requis pour obtenir  la participation américaine dans les domaines de la technologie, des produits et des services.

Il existe des problèmes continus qui dépassent la menace du terrorisme mondial, menacent la paix mondiale et la stabilité, et requièrent un traitement immédiat avant qu'il ne soit trop tard, tels que assister les pays en  émergence, pour sortir des étapes difficiles de  leur transition, améliorer la qualité de vie dans les pays pauvres,  créer des marchés pour les sources  d’énergie stable et des marchées commerciaux, et trouver des solutions pour les problèmes de l’environnement, tels le réchauffement de la planète et le changement climatique. A cet effet,  certains pays pourraient participer à travers la main-d’œuvre, l’expertise, et autres ressources financières.

Pourtant, un seul pays est capable de participer en fournissant l’élément essentiel pour la réussite de ces efforts mondiaux. Cet élément est le leadership, et ce pays là est les Etats Unis Américains.

La Providence Divine a doté votre pays de ressources uniques et grandement estimables, dont les plus notables sont la volonté et les qualités remarquables qui distinguent le peuple Américain. Pour vous, les étudiants de l'Ecole Elliot pour les Affaires Internationales, qui travaillez dans le but d’entrer dans les professions de la politique internationale, ou économique, vous réaliserez que le Monde est petit, et qu'il est devenu plus interdépendant, comme vous réaliserez que l’importance de la connaissance des affaires extérieures est aussi importante que la connaissance des affaires intérieures. Mais, le plus important pour vous serait l’opportunité qui se présenterait à vous, de trouver des solutions pour les problèmes difficiles, et influencer le processus du nouvel ordre mondial. 

Encore une fois, je vous remercie pour m’avoir invité à être parmi vous en ce jour, et quelques soient les domaines que vous poursuivez dans vos études internationales, je souhaite qu'ils vous amèneront au Koweït, où vous serez chaleureusement accueillis par des amis que vous rencontrerez à l’avenir.

 
  Imprimer cette page