Discours
  Allocution de Son Altesse le Premier Ministre à l'Assemblée Nationale, suite à la prestation du serment, à l'occasion de la formation du nouveau gouvernement  
  13 janvier 2009  
     
 

Votre Excellence le Président de l'Assemblée Nationale,
Chers Confrères les Membres Estimés,

Que la Paix de Dieu et sa Miséricorde soient avec vous,

J'ai eu l'honneur de répondre à la volonté sublime de Son Altesse l'Emir, Cheikh Sabah Al Ahmed Al Jaber Al Sabah, qui m'a chargé de la responsabilité de présider le Conseil des Ministres, ainsi que j'ai été honoré par le consentement de mes confrères les Ministres de partager avec moi la responsabilité et les charges du travail gouvernemental. Nous avons tous l'honneur d'exprimer à Son Altesse l'Emir, les sentiments les plus sincères de reconnaissance et de gratitude pour cette précieuse confiance qu'il nous a accordée, de même que nous présentons nos remerciements et nos hommages les plus distingués à Son Altesse le Prince Héritier pour sa bénédiction et ses directives avisées, ainsi qu’à tous ceux qui nous ont soutenu par leurs généreux conseils jusqu'à l'émission du décret concernant la formation du nouveau gouvernement.

En cette occasion, je ne peux que louer l'esprit de responsabilité chez nos confrères les membres de l'ancien gouvernement et les remercier pour leur diligence et leurs efforts sincères fournis pour réaliser ce qu'ils ont pu d'accomplissements.

Chers confrères, en vous adressant nos sentiments les plus sincères de cordialité, d'appréciation et de respect, nous avons le plaisir d'exprimer nos sentiments les plus distingués d'amour et d'affection au peuple koweitien fidèle, en lui assurant notre engagement sincère à veiller, avant tout, à ses intérêts et aux intérêts de notre pays bien-aimé.

Monsieur le Président et Membres Estimés de l'Assemblée Nationale,

Le mieux serait de commencer notre réunion aujourd'hui en remerciant Dieu pour ces grâces et en mémorisant l'histoire de nos pères et de nos ancêtres, et de leur héritage qui montre la solidarité, le soutien mutuel, l'altruisme, la compassion, la sympathie et la patience. Ils étaient partenaires pour le meilleur et pour le pire.

Sans aucun doute, les réalisations de l'Assemblée et du Gouvernement dans l'accomplissement de la construction de l'Etat moderne, qui était le rêve de nos pères et de nos ancêtres, et qui continue à être notre objectif présent et futur, générations après générations, n'ont pas atteint le niveau de l'ambition aspiré sur le plan de la modernisation, du développement et de la réforme. Cette réalité exige de nous tous de nous appliquer sérieusement à ressouder les fêlures, à dépasser les différends, à contenir les crises quelles qu'en soient les causes, et à entreprendre de remédier à tout défaut qui pourrait toucher la tournure gérant la relation entre les deux pouvoirs, législatif et exécutif, afin d'enraciner entre eux une relation consciente et prometteuse, basée sur la confiance mutuelle, ce qui nous aidera à surmonter les répercussions de l'étape précédente et d'atteindre les buts et les objectifs nationaux aspirés.

Monsieur le Président et Membres Estimés de l'Assemblée Nationale,

A la lumière de l'accablement politique sur la scène locale, et afin d'éviter les dangers qui menacent la stabilité et la sécurité de cette région où nous vivons, et prenant en considération la détérioration économique mondiale et son influence sur l'Etat du Koweït, le gouvernement, en attendant l'étape suivante avec tout ce qu'elle comprend de soucis, de charges et de responsabilités, tend sa main, à cœur ouvert, à l'Assemblée, son partenaire qui assume avec lui  les responsabilités et la prise des décisions. Il n'épargnera aucun effort en vue d'activer la coopération fructueuse avec l'Assemblée et d'intensifier les accomplissements dans les divers domaines, en se basant sur une relation intégrale gouvernée par les cadres constitutionnels et légaux, et par les normes et les traditions parlementaires bien établis.

Monsieur le Président et Membres Estimés de l'Assemblée Nationale,

Le gouvernement se livre actuellement à cristalliser son plan de travail pour la période prochaine à la lumière des nouveaux changements et des influences de la crise économique internationale et de ses divers répercussions, outre les considérations du plan établi de développement. Il tient à le rendre réaliste dans le contenu et à déterminer les moyens de suivi et de redressement, ce qui contribuerait à concrétiser parfaitement les projets et les reformes y figurant. Le gouvernement présentera prochainement son plan de travail à votre vénérable Assemblée pour le discuter, l'adopter et entreprendre ses procédures exécutives.

Monsieur le Président et Membres Estimés de l'Assemblée Nationale,

Ce qu'endurent nos parents à Gaza de crimes cruels continus commis par les forces israéliennes constitue une tache de déshonneur sur le front de l'humanité, car ceux derniers se sont démunis des plus simples valeurs, ont violé tous les pactes internationaux et n'ont même pas épargnés les enfants et les vieux civils innocents, à qui ils ont infesté le pays et détruit les maisons, les écoles et les hôpitaux.

Le rôle koweitien n'a pas été absent ou éloigné vis-à-vis de cette épreuve tragique. Des efforts et des tentatives sont faits en collaboration avec les autres pays frères afin que le Conseil de sécurité assume ses responsabilités en ce qui concerne l'exécution rapide et sérieuse de sa résolution no. (1860), qu'il a promulguée récemment dans le but de protéger le peuple palestinien, d'arrêter les massacres cruels et barbares, de mettre fin à la réalité amère que vit le peuple palestinien, de travailler à réaliser une paix totale, juste et permanente dans la région, conformément aux résolutions internationales émises à cet effet, et d'établir l'Etat de Palestine sur ses territoires, avec Jérusalem en tant que capitale.

Monsieur le Président et Membres Estimés de l'Assemblée Nationale,

Nous sommes sur le seuil d'une étape alourdie par des tâches et des responsabilités dont nous assumons tous, Assemblée et Gouvernement, les charges et les conséquences, surtout à l'ombre des évolutions et des changements accélérés que témoigne le monde tout entier. C'est une grande responsabilité qui exige plus de coopération, de solidarité, et de volonté commune pour regagner la confiance de notre peuple et lui prouver que nous sommes vraiment capables de concrétiser ce à quoi il aspire d'accomplissements et de réalisations dans l'Etat de la loi et des institutions, en nous adhérant à notre unité nationale, et nous serons, avec l'aide de Dieu, à la mesure de cette confiance.

Nous remercions Dieu pour avoir guidé nos pas dans la bonne voie de l'Islam et de sa vénérable « Shari'a », et nous le prions de protéger notre cher pays et son peuple fidèle de tout mal et danger, et de garder le Koweït fort, éminent et sécurisé sous la direction avisée de Son Altesse l'Emir du pays et de Son Altesse Son Prince Héritier.

 
  Imprimer cette page