Discours
  Allocution de Son Altesse le Premier ministre lors de la deuxième table ronde à la réunion de haut niveau sur les changements climatiques  
  22 septembre 2009  
     
 

Vos Majestés, Vos Altesses et Vos Excellences,
Chers Auditeurs,

J'ai le plaisir de vous accueillir dans cette réunion réactive concernant le phénomène du changement climatique et j'aimerais présenter, en vos noms tous, mes profonds remerciements et appréciation au Secrétaire Général des Nations Unies pour ses efforts distingués et assidus visant à tenir de telles réunion dont le but est de servir notre monde, et son désir de trouver des solutions pratiques inédites avant la tenue de la conférence de Copenhague sur les changements climatiques en décembre prochain.

Vos Majestés, Vos Altesses et Vos Excellences,

Depuis l'accord mondial sur la convention-cadre sur les changements climatiques en 1992 et le protocole de Kyoto signé en 1997, et entré en vigueur en 2005, le monde vit des changements climatiques résultant de l'augmentation et de la variation de l'activité économique humaine. Au lieu d'atteindre le niveau requis de la réduction de l'émanation des gaz durant la première étape de la convention pour la période étendue entre 2008 et 2012, précédemment déterminée, certains pays industriels ont commencé à trouver des difficultés à atteindre les taux exigés. Nous incitons donc les pays industriels à respecter les taux déterminés, ainsi que nous leur demandons d'assister les pays en développement en leur transmettant leurs expériences et leurs connaissances techniques afin que tous les pays, développés, en développement et pauvres, puissent protéger notre environnement et notre terre.

Vos Majestés, Vos Altesses et Vos Excellences,

Tout comme nous demandons aux pays développés d'assumer leurs responsabilités internationales, nous devons, en tant que pays en développement et désirant augmenter les taux de la croissance économique, nous devons nous mettre d'accord sur ce que nous allons faire durant la période qui a succédé à l'accord de Kyoto et après la conférence de Copenhague, ce qui constituera pour nous tous une bonne opportunité pour arriver à une concordance d'opinions afin de pouvoir réaliser une réduction permanente de l'émanation des gaz dans le but de servir nos intérêts communs et sauvegarder notre univers.

Nous voudrions profiter de cette réunion pour écouter les opinions et les idées précieuses des auditeurs lesquelles pourraient contribuer effectivement à sauvegarder notre environnement et notre avenir. Les indices atmosphériques tels l'élargissement du trou de la couche d'ozone, l'amincissement des couches de glace, l'élévation des taux de l'eau d'une manière à menacer l'existence des pays insulaire, et l'augmentation du taux du dioxyde de carbone, sont tous des indices dangereux et inquiétants, et nous sommes demandés de réunir nos efforts internationaux pour y trouver des solutions.

Vos Majestés, Vos Altesses et Vos Excellences,

Dans cette réunion, nous avons senti, d'après le Secrétaire Général de l'ONU, l'importance de la participation du secteur privé et l'importance d'écouter ce que ce dernier peut présenter de nouvelles solutions dans l'investissement de l'énergie alternative et dans la reconversion de nos économies afin qu'elles deviennent des économies amies de l'environnement à travers lesquelles on pourrait limiter l'émanation des gaz nuisant à l'environnement. Ainsi, nous devons dialoguer et discuter avec le secteur privé et lui offrir tout le support possible afin qu'il puisse nous offrir de nouvelles solutions créatives qui pourraient transformer nos systèmes économiques en des économies vertes.

Au niveau national de mon pays le Koweït, le gouvernement fait un grand effort pour s'en tenir aux accords internationaux visant à  protéger l'environnement. L'Etat du Koweït a entrepris l'exécution d'un plan national de travail visant à transformer les matières qui épuisent la couche d'Ozone dans les secteurs consommatifs en des technologies amies de l'environnement. L'Etat du Koweït a obtenu dans ce contexte le prix international de l'Agence de la protection de l'environnement des Etats-Unis et nous seront capables de réaliser cet engagement d'une manière complète en 2010.

De même, la donation de l'Etat du Koweït à la conférence de l'OPEC tenue à Ryad, la capitale du Royaume d'Arabie Saoudite en 2006, d'une somme de (150.000.000) cent cinquante millions de dollars visant à transformer le programme des recherches scientifiques relatives à l'énergie et au changement climatique n'est que la profonde expression de la conscience de l'Etat du Koweït de l'importance de la protection de notre environnement et de notre entourage écologique. Dans ce cours, mon pays héberge en novembre prochain une réunion internationale pour les applications de l'énergie alternative. Des organisations de la société civile de 92 pays participeront à cette réunion.

Ainsi, nous commençons notre réunion avec la bénédiction de Dieu, en le priant pour la réussite et le succès. Merci à vous…

 
  Imprimer cette page