Discours
  Discours Amiri prononcé par S.A. le Premier Ministre, à l’occasion de l’ouverture de la deuxième session ordinaire de la treizième législature de l'Assemblée Nationale  
  27 octobre 2009  
     
 

Monsieur le Président de l'Assemblée Nationale,
Chers Membres,

Son Altesse l'Emir du pays m'a honoré aujourd'hui en me confiant la prononciation du discours Amiri à l'occasion de l'ouverture de la deuxième session ordinaire de la treizième législature de l'Assemblée Nationale. A cette occasion, j'adresse au peuple koweitien mes sentiments et mes vœux les plus sincères en lui assurant notre engagement honnête à veiller sur le bien de notre cher pays et à continuer notre travail  pour développer ce dernier et élever son rang.

Au nom de Dieu le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux "Lorsque Dieu vous a crée, et tout ce que vous faites", Dieu a dit la vérité.

Le mieux sera de commencer cette rencontre par remercier Dieu pour ses dons, le prier et le craindre pour être, avec l'aide de Dieu et son consentement, à la hauteur de se soutenir, de s'entraider et de s'accorder sur l'intérêt public, car se réunir unit la parole, coïncide les opinions et réalise les bénéfices alors que se désaccorder et se disperser nous expose aux vents des conflits.

Monsieur le Président de l'Assemblée Nationale,
Chers Membres,

Nous avons devant nous un travail ardu et des taches énormes face à cette étape difficile et tous ses défis intérieurs et extérieurs, ce qui exige de nous d'être attentifs afin d'éviter la précipitation non calculée dans l'exercice de nos rôles dans le renforcement des paramètres nationales et la consécration de l'Etat de droit et des institutions, et afin de travailler assidûment pour réaliser l'intérêt du pays et des citoyens. A cet effet, alors que nous nous remémorons le trajet de nos parents et de nos ancêtres et l'expérience historique de la société koweitienne, nous cherchons les vertus et les bienfaits de la fraternisation, de la compassion, de la persistance et de la résolution commune, ainsi que nous pressentons le refus catégorique de toute distinction sectaire, tribal ou catégorielle et de tout aspect étranger duquel a été formée cette société à travers le temps.

Monsieur le Président de l'Assemblée Nationale,
Chers Membres,

La période qui nous a séparés de la première session était pleine d'efforts et de mesures pratiques prodigués dans la confrontation des incidents urgents et la satisfaction des besoins de développement nécessaires dont les plus importants sont:

Premièrement: Invoquer toutes les institutions et les appareils concernés au Koweït à affronter la maladie de H1 N1 et à prendre les mesures et les arrangements exécutives nécessaires pour activer les systèmes d'alerte précoce à la maladie et fournir toutes les exigences nécessaires à la précaution, au diagnostic, à la lutte et au traitement de la maladie, y compris les appareils médicaux, les médicaments et les moyens de prévention de la contamination et de protection des citoyens des dangers de cette maladie, et ce avec la collaboration de l'organisation  mondiale de la santé et les divers services compétents. De même, il faut arriver à faire assister les étudiants aux classes de cette année scolaire, ce qui implique de louer ces bons efforts et soutenir ces institutions dans la réalisation des ces objectifs aspirés.

Deuxièmement: Le problème des crédits a été sujet à l'intérêt manifeste  du gouvernement qui a mis des solutions sains et convenables à travers le fonds pour personnes en difficultés établi d'après des bases objectives et professionnels répondant aux besoins de certains citoyens qui rencontrent des difficultés dans l'acquittement de leurs engagement financiers sans nuire au principe de la justice énoncé dans la constitution en tant que l'un des piliers de la société koweitienne et en respectant toutes les considérations relatives à ce sujet.

A cet effet, il est à noter        que les propositions et les suggestions des uns, qui n'ont pas de pareils dans le monde tout entier, forment un concept trompeur et dissimulent des coûts énormes incombant au bien public, outre les dommages dangereux que subira notre économie nationale et la consécration des valeurs négatives ce qui aboutit obligatoirement au refus de telles propositions.

Troisièmement: Suite aux répercussions et aux incidences de la crise économique qui ont affecté la situation locale, surgit le problème de licenciement de quelques citoyens travaillant dans les compagnies et les institutions du secteur privé. Les mesures convenables ont été prises pour trouver des solutions à cette affaire d'une manière positive qui fait  éviter aux endommagés et à leurs familles les complications et les répercussions de cette crise.

Quatrièmement: Le mois d'août a témoigné une panne qui s'est produit à la station de Mechref pour le pompage et le drainage sanitaire. Le conseil des ministres s'est dépêché de désigner un comité pour faire une investigation vis-à-vis de cet incident et de ses circonstances et pour en déterminer la cause et les responsables de cette négligence. Les mesures convenables ont été prises pour renvoyer le rapport du comité avec tous les papiers relatifs au ministère public pour faire l'investigation nécessaire. Des mesures disciplinaires seront prises vis-à-vis des fonctionnaires et des travaillants au ministère afin de les rendre responsables des aspects de négligence qui ont marqué cet incident.

Cinquièmement: Dans le cadre de fournir tous les moyens possibles pour soutenir le niveau de vie des citoyens, la banque de Warba a été fondée en tant qu'une compagnie koweitienne par actions qui exerce les métiers bancaires selon les dispositions de la Shari'a islamique, avec un capital de deux millions de dinars. Ses actions sont reparties de la sorte: 24% pour le comité public de l'investissement et 76% destiné en tant que don pour tous les citoyens et c'est l'Etat qui prendra la charge de faire la souscription pour leurs comptes.

Sur ce, et vu l'engagement du gouvernement à tenir sa promesse, ce dernier a soumis à l'Assemblée Générale son programme de travail  pour la treizième législature.  Ce programme consiste en un travail méthodique pour traiter les priorités du développement global et équilibré dans les divers domaines à la lumière de la vision stratégique de l'Etat – Koweït 2035- "Vers la transformation du Koweït en un centre financier et commercial attirant l'investissement, et où le secteur privé régira l'activité économique, y encouragera l'esprit compétitif, élèvera la compétence de la production sous l'ombre d'un appareil institutionnel de support, et fournira une structure de base convenable, des législations évoluées et un environnement encourageant pour les affaires".

Monsieur le Président de l'Assemblée Nationale,
Chers Membres,

La réalité régionale et internationale témoigne des changements et des évolutions qui annoncent plus de tension et d'intensification. Personne n'ignore les répercussions et les incidences politiques et économiques qui pourraient en résulter, ce qui exige de nous d'être attentifs et alertés et de chercher tous les moyens possibles pour protéger notre pays et préserver sa sécurité et sa stabilité. Nous devons réunir nos efforts et nos énergies afin de garder notre union nationale qui sera pour toujours la forteresse qui maintiendra la sûreté et la sécurité de notre société. L'édifice de la justice au Koweït est une source d'orgueil et de fierté pour tous les koweitiens et le gouvernement n'épargnera aucun effort pour le soutenir et pour préserver sa place distinguée.

Sur un autre plan, si le monde tout entier est témoin du succès de notre politique étrangère à travers les dernières décennies et de notre manière sage de traiter les diverses données durant les situations les plus critiques et les plus compliquées, l'Etat du Koweït tient à poursuivre sa méthode fixe dans la consolidation de ses relations avec tous les pays du monde à travers l'intensification des visites mutuelles, l'ouverture des missions diplomatiques et l'activation du travail diplomatique pendant cette étape critique chargée de défis et d'évolutions sur tous les niveaux, surtout que l'Etat du Koweït assume la responsabilité de présider le sommet économique arabe aussi bien qu'il se chargera prochainement de la présidence du sommet du Golfe ce qui augmentera notre fardeau à assumer cette responsabilité et à travailler pour servir le bien et l'intérêt des pays du CCG et de la nation arabe et relever leur rang.

Monsieur le Président de l'Assemblée Nationale,
Chers Membres,

Le programme de travail du gouvernement n'a pas omis les aspects de traiter les évolutions et les faits nouveaux internationaux et leurs répercussions sur les situations économiques et sociales locales à l'ombre des données présentes. Ce programme est le fruit des efforts et des contributions des appareils gouvernementaux qui se sont entraidés pour le préparer selon les politiques du plan quinquennal qui reflète les horizons de l'Etat, ses aspirations de développement et sa capacité de réaliser ces derniers d'après les ressources du budget de l'Etat  ce qui a exigé une description minutieuse des exigences de l'exécution des projets d'où les besoins législatifs, financiers, institutionnels et consultatifs, ainsi que les agendas précises. Le programme a renfermé dans ses divers aspects exécutifs un ensemble de mécanismes et de règlements efficaces pour poursuivre, mesurer et évaluer la performance développementale d'une façon garantissant la préparation de l'environnement  et les composants nécessaires pour l'exécution.

Là, il convient d'indiquer l'orientation du gouvernement à porter de l'intérêt au secteur privé dans le but de l'associer dans l'exécution des projets de son programme tout en affirmant son engagement à respecter les règles et les bases légales relatives afin de répondre aux exigences des autorités de contrôle et de garantir la sécurité de toutes les mesures et les engagements et d'éviter toute irrégularité et  tout soupçon.

Le programme du gouvernement renferme plusieurs grands projets dont ceux destinés à l'expansion des services actuels et ceux visant à fournir de nouveaux projets concordant avec les politiques du plan de développement et ses objectifs dans les domaines du finance, de l'économie, du développement humain, social et environnemental, de l'administration publique, de la législation, de la planification et des informations et avec d'autres politiques de développement durable. Durant la préparation du programme, on a tenu compte du maximum de réalisme et de transparence dans l'étude des soucis, des problèmes et des affaires des citoyens et dans notre recherche à y trouver les solutions convenables pour la satisfaction de leurs intérêts, surtout ceux relatifs à leur vie quotidienne, à savoir ceux éducatifs,  de l'enseignements, de la santé, résidentiels, sociaux, culturels, artistiques et récréatifs, outre les affaires de la femme, des enfants, des jeunes et de la famille et de traitement du défaut de la structure démographique dans ses diverses dimensions, ainsi que d'autres questions que le programme traite d'un façon détaillée.
Monsieur le Président de l'Assemblée Nationale,
Chers Membres,

Nous appelons tout le monde à dépasser les inconvénients de l'expérience précédente et tout ce qu'elle a témoigné de dégradation du discours politique, de son vocabulaire, de ses expressions et de ses indicateurs, de dégradation du dialogue et de déformation de la méthode démocratique dans l'exercice du travail parlementaire à travers l'épuisement des outils constitutionnels d'une manière qui ne respecte pas les dispositions et les textes de la constitution que nous avons approuvés en tant que juge et référence. Le résultat pénible était la perte de la confiance entre les deux autorités, législative et exécutive ce qui n'a abouti qu'au recul dans l'atteinte des objectifs de développement aspirés.

Monsieur le Président de l'Assemblée Nationale,
Chers Membres,

L'intelligibilité de l'article (50) de la constitution et ce qu'il a énoncé vis-à-vis de la séparation des pouvoirs tout en préservant la coopération entre elles, ainsi que le serment que vous avez prêté constituent la base solide et la méthode pratique saine qui régissent la relation entre l'Exécutif et le Législatif et garantissent de guider le navire vers le havre de  paix et de sécurité, de réaliser les accomplissements pour notre pays, et de satisfaire les ambitions et les espoirs des citoyens.

Il est à noter que le programme du travail du gouvernement n'est pas un travail parfait, la perfection absolue étant à Dieu seul, mais c'est un pas sérieux sur le bon chemin où le gouvernement s'est engagé à traiter les inconvénients de ses programmes précédents. Et si le gouvernement renouvelle son appel sincère à la coopération tout en assurant de tendre la main à cœur ouvert et avec une intention sincère, et s'il aspire à se munir des opinions de l'Assemblée Nationale et de ses observations positives, c'est que l'Assemblée et le Gouvernement sont partenaires dans la responsabilité et dans la décision, et c'est ce qui jette les bases d'une coopération fructueuse et constructive, annonçant ainsi l'ouverture d'une nouvelle page fondée sur le dialogue posé et sérieux, sur l'entente consciente et sur la confiance mutuelle dans le travail effectif qui vise à pousser en avant le processus de la formation et du développement afin d'accomplir les réalisations aspirées. Sans doute, nos institutions médiatiques jouent un rôle important dans la consolidation de cette méthode, dans le soutien de cette coopération aspirée et dans l'exercice de sa mission honorable dans le cadre de la liberté responsable, l'esprit positive, le respect de l'objectivité et la critique constructive.

Monsieur le Président de l'Assemblée Nationale,
Chers Membres,

Sans aucun doute, le gouvernement est appelé à travailler avec assiduité pour exécuter son programme de travail ainsi que l'Assemblée Nationale est demandée de fournir les éléments de stabilité, de tranquillité et de sagesse afin de l'aider à réaliser ses objectifs aspirés.

C'est vous- Assemblée et gouvernement- qui êtes censé guider le processus de progrès, de développement et de réforme. Vous êtes ceux qui ont la confiance du peuple koweitien pour le porter vers une nation meilleure et un avenir prospère. C'est une confiance chère et une responsabilité énorme. Je prie Dieu pour vous aider à assumer ses charges et ses conséquences.

Le Koweït est à tous ses citoyens. Il devient fort grâce à leur solidarisation. Il sera comme toujours le berceau de la sécurité et de la sûreté, le pays de l'aisance et de la vie confortable pour tous ceux qui vivent sur son territoire pur. C'est notre grand don et notre honorable refuge pour toujours. Nous prions Dieu pour qu'il remplie nos cœurs de foi, pour qu'il rende sincères nos intentions, nos actes et nos paroles et pour qu'il unie nos cœurs et nous aide à réaliser nos objectifs pour le bon et l'intérêt de notre pays et société.

 
 
  Imprimer cette page