Discours
  Allocution de S.A le Premier Ministre à la conférence des Nations Unies sur le changement climatique, Copenhague- Royaume de Denmark  
  17 décembre 2009  
     
 

Monsieur le Président de la Conférence,
Leurs Excellences les Présidents des délégations participantes, 
Mesdames et Messieurs,
Que la paix et la miséricorde de Dieu soient sur vous,

J'ai le plaisir de vous transmettre les salutations et les vœux de l'Emir du Koweït qui aurait souhaité être parmi vous aujourd'hui si ce n'était pour des engagements préalables qui l'ont empêché de participer personnellement à cette importante conférence. Sur ce, j'ai l'honneur de représenter Son Altesse ainsi que mon pays le Koweït.

Monsieur le Président, 
Je profite de cette occasion pour vous présenter mes sincères félicitations pour votre élection en tant que président de cette conférence et je suis convaincu que la sagesse et l'expérience que vous possédez réaliseront la réussite de cette conférence et atteindront les objectifs et les résultats escomptés par l'humanité.

Je tiens également à exprimer ma profonde appréciation au Gouvernement et au peuple du Royaume de Danemark pour l'organisation de cette importante conférence internationale qui se tient sous le patronage de l''ONU, ainsi que j'ai le plaisir d'exprimer mes sincères remerciements à son excellence le Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-Moon et son excellence le Secrétaire exécutif de la Convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique et ses adjoints pour leurs grands efforts prodigués dans la préparation des moyens de la réussite de cette conférence.

Monsieur le Président,
C'est un plaisir de voir cette participation internationale de haut niveau à la conférence. Cela prouve l'importance attachée par la communauté internationale toute entière à la question du changement climatique, à laquelle l'Assemblée générale des Nations Unies a réservé un sommet spécial lors de sa dernière session. J'étais content d'avoir eu l'opportunité de me joindre à Son Excellence Mme Tary Halonin, Présidente de la République de Finlande pour présider la réunion de la deuxième Table ronde qui a émis, suite à un débat sérieux, plusieurs recommandations qui ont été adoptées à l'Assemblée générale des Nations Unies, et dont les plus importantes étaient l'activation des mécanismes du développement propre (CDM (Clean Development Mechanism), et mettre l'accent sur la transmission des technologies aux pays en voie de développement afin que toute l'humanité puisse en bénéficier. 

Monsieur le Président, 
La corruption de la terre est considéré comme un gaspillage d'un don que Dieu nous a confié pour préserver et d'un patrimoine exceptionnel créé par les ancêtres à travers les âges et les civilisations et qu'on doit passer plus prospère à nos fils.

A cet égard, mon pays est toujours content de contribuer efficacement à faire réussir toutes les négociations et à aboutir pendant notre sommet actuel à un accord qui apportera à l'homme le profit et le bien-être, tout en prenant en considération l'adoption des principes actuels de la Convention-cadre sur le changement climatique, particulièrement le principe de la responsabilité commune et divergente entre les pays développés et les pays en voie de développement et celui d'éviter de créer toute sorte d'influence négative dans le domaine du commerce international à travers l'adoption des politiques commerciales protectionnistes contre les différents types de combustibles ainsi que l'adoption des solutions techniques telle la technique de captage et stockage du dioxyde de carbone afin de réaliser les réductions ambitieuses des émissions de gaz à effet de serre. De même, nous rejetons toute tentative de modifier les principes de la Convention-cadre et du Protocole de Kyoto ou même la mise en place d'un nouveau mécanisme qui pourrait aboutir à imposer de nouvelles obligations aux pays en voie de développement. Nous devons tous coopérer avec la communauté internationale afin d'atteindre les nobles objectifs appelant à réaliser le rêve de l'homme moderne consistant à trouver un environnement sain et sûr.

Monsieur le Président, 
L'Etat du Koweït est à l'avant-garde des pays qui appellent à réduire les émissions des gaz à effet de serre. Afin d'atteindre cet objectif, il a volontairement fait un grand progrès, en fonction du potentiel disponible, dans la réhabilitation de ses installations pétrolières et industrielles.  A cet égard, la Corporation Kuwait Petroleum et ses filiales ont adopté une nouvelle stratégie visant à réhabiliter les raffineries et les champs de pétrole et leurs établissements affiliés dans le but de réduire les émissions. En plus, ils sont en train de développer des mécanismes pour l'application et l'amélioration de l'efficacité énergétique et pour l'utilisation de l'énergie fossile propre, à travers la coopération internationale dans le domaine des mécanismes de développement du pétrole, du soutien financier et technologique et du renforcement des capacités.

Quant à l'énergie alternative, l'Etat du Koweït y a porté un grand intérêt au plus haut niveau représenté par Son Altesse l'Emir qui a parrainé la conférence de l'énergie alternative organisée par la Fédération mondiale des organisations d'ingénieurs qui a eu lieu dans mon pays le mois dernier, et où des chercheurs de plus de soixante-dix pays à travers le monde ont participé. 
Peut-être cela justifie l'engagement de l'Etat du Koweït à chercher les meilleurs moyens de parvenir à trouver des énergies alternatives qui peuvent être utilisées facilement selon les possibilités disponibles, qu'elles soient naturelles ou matérielles, y compris l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire qui vient à la tête des priorités des projets de développement de l'énergie alternative à l'Etat du Koweït. 

Monsieur le Président, 
L'Etat du Koweït a accordé au domaine de la recherche scientifique l'intérêt qu'il mérite, surtout dans le domaine de l'énergie propre. Il a chargé l'Institut koweïtien de la recherche scientifique de chercher les derniers moyens pour réaliser cet objectif en coopération avec les instituts de la recherche scientifique développée dans le monde tout entier. Afin d'atteindre cet objectif, l'Etat du Koweït appelle la communauté internationale, notamment les pays développés à fournir une assistance financière aux pays en voie de développement et à les aider et leur transmettre les technologies disponibles afin d'atteindre l'objectif noble qu'aspire la Convention-cadre sur le changement climatique.

Monsieur le Président,
Je ne peux qu'exprimer nos vœux sincères pour que cette réunion permette de réaliser toutes les ambitions et les espoirs que l'humanité attache à nous. Et là, je tiens à souligner que si bons que soient les demandes des décisions émis par cette réunion et si nobles que soient leurs objectifs, l'important sera ce que nous réaliserons et traduirons en actes dont nos peuples pourraient sentir les résultats qui leur apporteront le bien, la sécurité et la stabilité, et c'est bien ça qui est à la base de la vrai balance du succès.

Merci Monsieur le Président.
 
  Imprimer cette page