Discours
  Allocution de Son Altesse le Premier Ministre à la première session du Conseil des Ministres  
  8 May 2011  
     
 

Au nom d’Allah le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux

« Certes, Allah vous commande de rendre les dépôts à leurs ayants-droit »,
Allah a dit la vérité

Chers Membres distingués du Conseil des ministres,
J'ai eu le privilège de répondre à la haute volonté de Son Altesse l’Emir me nommant Premier Ministre, ainsi que nous avons tous été honorés par la chère confiance de Son Altesse. Nous sommes heureux, lors de cette réunion fructueuse, d’exprimer à Son Altesse notre profonde gratitude et notre fierté de cette précieuse confiance. Il ne nous manque pas non plus d’adresser à Son Altesse le Prince Héritier nos respects les plus profonds et notre gratitude pour son support et ses bonnes directives. De même, il ne nous échappe pas de faire l’éloge de l'esprit de responsabilité dont ont fait preuve nos frères et sœurs les membres de l’ancien gouvernement, et des efforts sincères qu'ils ont prodigués, ainsi que de leurs réalisations distinguées au niveau du service de la nation et des citoyens.
Alors que nous sommes sur le seuil d'une nouvelle étape du processus de l'action nationale, j’ai le plaisir, mes frères et mes sœurs, de vous remercier sincèrement pour avoir accepté de participer à assumer les charges de cette étape délicate de l'histoire du Koweït, avec tous ses défis sur les différents niveaux, demandant à Dieu de nous accorder le succès et espérant de coopérer tous pour atteindre les objectifs et les aspirations.

Mesdames et Messieurs,
Nous aspirons aujourd'hui à des vastes horizons d’espoirs et d’ambitions. Nous devons nous empresser à dépasser cette situation de fatigue politique qui a accablé le pays par ses répercussions et ses implications, et être en mesure de la responsabilité qui nous est confiée, tout en prodiguant davantage d’efforts et de sacrifices pour être à la hauteur d’affronter les défis et de pousser en avant la roue de la réforme et du développement dans le but d'atteindre nos objectifs souhaités de réalisations de développement. Il n'est plus utile ou acceptable de reculer ni de poursuivre ce gaspillage irrattrapable de temps, d’effort et d’argent. 
Alors que nous aspirons à un avenir prometteur, si Dieu le veut, nous sommes tenus d'établir une approche pratique qui pose les fondements d’un nouveau processus basé sur le travail, la production et l'évaluation, ainsi que sur le fait de rendre tout le monde responsable dans le cadre des obligations et des droits nationaux.
Mesdames et Messieurs,
Avec le lancement des travaux du gouvernement, nous envisageons peut-être le plus les orientations et les conseils de Son Altesse, en particulier ceux relatifs à la préservation de l'union et des principes nationaux, tout en renonçant aux causes et aux aspects de la discorde, de la dispersion et de la division, et tout en renforçant la cohésion connue du peuple du Koweït, ce qui traduit notre attachement aux principes établis par notre religion et à notre patrimoine des valeurs morales, à côté de la consécration de l’Etat du droit et des institutions quand à l’établissement de la sécurité, au raffermissement de l'autorité du pouvoir judiciaire et à l'enracinement de la loi, de la justice, de l'égalité et de la protection des acquis. Nous devons travailler sérieusement pour traduire la volonté éminente de Son Altesse l’Emir visant à transformer le Koweït en un centre financier et commercial, à activer le travail développemental et à renforcer notre économie nationale et soutenir ses composantes, en plus de poursuivre les efforts répondant aux besoins des citoyens, en particulier dans le domaine des services vitaux comme la santé, l'éducation et le logement, ce qui pourrait dissiper leurs inquiétudes, soulager les tensions de la vie quotidienne et renforcer leur confiance vis-à-vis de la performance des organes de l'Etat. Tout ce qui précède nécessite une volonté ferme et une approche scientifique et pratique avancée, basée sur une planification réaliste et globale, sur l'efficacité des programmes opérationnels, sur le bon suivi et sur le fait de rendre tout le monde responsable.

En plus, il est à souligner que ces efforts n’aboutiront pas aux résultats aspirés que si les citoyens s’engagent à exercer leur rôle positif souhaité et nos agences d’information nationaux s’engagent à exercer leur rôle responsable en tant qu’une tribune libre en laquelle nous avons confiance pour protéger l'intérêt public, maintenir la réputation du pays, préserver ses acquis civilisés, et renforcer ses relations avec les pays amis.

Mesdames et Messieurs,
Malgré l'importance de l'approche de planification, les règles constitutionnelles et les composantes scientifiques restent inévitables pour atteindre le succès espéré. Ce sont des priorités pour le travail du gouvernement dans l'exercice de ses fonctions et ses responsabilités, à savoir:

Premièrement : Le respect des dispositions de l'article (128) de la Constitution quant à: 

La solidarité ministérielle qui confirme l'accord de tous les membres du gouvernement sur une position unifiée vis-à-vis des travaux du Conseil des ministres et des autres questions et affaires débattues localement et à l'extérieur, et la concrétisation de cette solidarité en abordant les questions et les problèmes actuels. Il va sans dire que cela n'empêche pas les divergences d'opinions et des vues sur diverses questions afin d’aboutir à l’opinion correcte qui réalise l’intérêt public et auquel s’engagent tous les membres du gouvernement.

Deuxièmement: Le respect des dispositions de l'article (50) de la Constitution, qui stipule que le système de gouvernement est fondé sur la séparation des pouvoirs avec leur coopération, ce qui nécessite:

Le pouvoir exécutif doit exercer ses compétences et n’en renoncer à aucune dans n’importe quel cas ou domaine. Aucun pouvoir ne peut renoncer à toutes ou à une partie de ses compétences, ainsi qu’aucun pouvoir ne peut interférer dans les compétences de l’autre, ce qui confirme l'indépendance des pouvoirs dans l'exercice de leurs compétences, de telle manière que chacun d’eux assume par la suite les conséquences et les résultats de ses responsabilités conformément aux lois pertinentes.

Se conformer aux dispositions de la Constitution, au règlement intérieur de l'Assemblée nationale et aux résolutions de la Cour constitutionnelle dans la relation entre l’Assemblée nationale et le gouvernement, et travailler sérieusement pour renforcer cette relation dans le cadre d'une approche qui permet le développement d'une formule de compromis dans le cadre de la Constitution, et ce dans le but de prévoir des mécanismes de travail commun consacrant les formes de coopération aspirée pour résoudre les diverses affaires et questions débattues, fournir les raisons de la coopération constructive, supprimer les tensions et désamorcer les conflits politiques et les autres crises potentielles, ce qui garantit une bonne coopération entre les deux pouvoirs, législatif et exécutif, et mène à la réalisation et l’accélération des objectifs souhaités dans le cadre des dispositions de la Constitution et du règlement intérieur de l’Assemblée nationale.

En plus de respecter ces règles constitutionnelles, il existe des points de départ qui consistent la pierre angulaire dans la réussite de la performance du gouvernement, notamment:

Premièrement: Développer le travail du Conseil des ministres quant aux traitement des déséquilibres et des carences de la performance du Cabinet dans les différents domaines, ce qui aboutirait au bon investissement des réunions du Cabinet et de ses délibérations dans l’étude des différentes questions et sujets, y compris l'activation des mécanismes du travail des comités ministériels pour leur accorder un rôle plus important, ce qui pourrait alléger le fardeau des responsabilités du Conseil des ministres et lui fournir des meilleurs conseils sur les questions qui lui sont soumises, ainsi qu’impliquer les compétences nationales spécialisées dans le travail du gouvernement afin de réaliser les objectifs souhaités. C’est une tendance qui reflète l’un des plus importants principes de la démocratie, qui se base sur l’élargissement de la participation populaire et l’implication du peuple quant au fait d’assumer la responsabilité nationale dans l'élaboration de la bonne décision exécutive du travail gouvernemental.

Deuxièmement: S’engager à appliquer la loi à tous sans aucune exception, et sans argument sur l'importance de cela dans la consécration du respect de l'Etat et le renforcement de la confiance en la performance institutionnelle, passant de la théorie à l'application, ce qui exige d'élaborer les mécanismes nécessaires pour examiner, développer et moderniser la structure juridique afin de répondre aux besoins du développement global, convoyer les changements, s'adapter aux exigences de l’Etat moderne, et assurer tous les composants et les exigences qui garantissent l'engagement sérieux et total à l'application des lois.

Troisièmement: Assurer le développement d'un programme de travail réaliste pour le gouvernement afin de réaliser les besoins réels dans le cadre d’un plan approuvé pour le développement durable dans ses perspectives à long et à court terme, à condition qu’il soit un programme réalisable selon des mécanismes de haute efficacité dans le suivi et l'évaluation et dans le fait de tenir chaque pouvoir responsable à l'égard de toute négligence, ce qui pousse chaque autorité à comprendre les limites de son rôle dans l’exécution de ses propres projets selon un calendrier précis, et d'une manière qui aboutit à consacrer le travail institutionnel loin des tensions et des pressions, ce qui renforce le respect des résolutions gouvernementales et confirme la crédibilité de leur application, et renforce par la suite la confiance mutuelle avec les citoyens.

Quatrièmement: Protéger les biens et les fonds publics et lutter contre la corruption, ce qui requiert l'élaboration d'un système pratique ferme visant à créer des mesures préventives et correctives pour préserver les propriétés de l'Etat et les fonds publics dans tous les organismes gouvernementaux, et pour réaliser la transparence dans toutes leurs procédures. Ce système doit référer à la cour des comptes et doit comprendre les outils convenables pour rendre responsable toute personne ou autorité de tout abus du fonds public, et ce dans le cadre des mécanismes de lutte contre la corruption qui permettraient d'assurer les mesures nécessaires à faire face à tous les aspects et les formes de corruption administrative et financière, et à consacrer l’honnêteté, la transparence, la justice et l'égalité des chances pour tous, y compris ce que cela exige quant à la création d'un organisme national dédié à cet effet et à l'élaboration des législations nécessaires à cet égard.

Cinquièmement: Porter intérêt au secteur de la jeunesse: 
Etant donné l’importance des jeunes dans la construction de l'Etat, et en reconnaissance de leur rôle vital dans la favorisation du processus de développement du pays, il est devenu nécessaire de prêter attention à leurs besoins, à leurs problèmes et à leurs exigences, de les impliquer activement dans le processus de développement, de trouver les mécanismes appropriés à augmenter leur potentiel et leurs capacités, de les apprendre à s’engager aux paramètres nationaux solides, à respecter l'union nationale et à rejeter l'extrémisme et les conflits, et de leur trouver des emplois convenables afin de créer une génération consciente capable d'assumer ses responsabilités dans l’élévation de la nation, son progrès et sa prospérité.

Mesdames et Messieurs,

Sans minimiser l'importance des autres sujets et questions, ce qui précède constitue les caractéristiques d'un cadre général pour les pivots les plus importants qui sont à la base du nouvel essor de l'action gouvernementale, et qui exige la coopération de tout le monde et la convergence des efforts selon une approche pratique et responsable. Personne n’ignore que la performance du gouvernement est guettée et tout le monde attend ce que nous allons faire, et cela exige des efforts distingués et un dévouement exceptionnel afin de dissiper les sentiments d'anxiété, de frustration et d'incertitude chez les citoyens. Là, je  souligne à nouveau que nos mains sont tendues vers nos frères dans l’Assemblée nationale, et nous espérons sincèrement aboutir à une collaboration sérieuse et fructueuse qui pousse en avant le processus des réalisations développementales.

Mes frères, nous devons matérialiser la philosophie de l'action ministérielle et de l'action gouvernementale qui mettent en premier lieu servir les citoyens et faciliter leurs intérêts, contrairement à ce que beaucoup de gens croient. Ouvrez vos cœurs avant vos portes pour pouvoir être à l'écoute des préoccupations et des problèmes des citoyens et y trouver les solutions pratiques.

Je voudrais vous appeler à coopérer et à réagir positivement avec les institutions de la société civile, et à tirer profit des compétences et des potentiels nationaux spécialisés dans les divers domaines, car la construction de l’Etat est un projet national global où tout le monde participe à assumer la responsabilité.

Ceci, et vu notre soucis et préoccupation vis-à-vis de la tension qui règne dans la région, et ses défis internes et externes, nous devons être pleinement préparés à affronter ses répercussions et ses issues par tous les moyens disponibles afin de préserver la sécurité et la stabilité du pays. J’ai plein confiance que vous être engagés à prodiguer tout effort possible pour assumer vos responsabilités consistant à faire avancer le processus de progrès et de prospérité de notre cher Koweït, afin de le garder, si Dieu le veut, toujours et à jamais, la nation de sécurité, d’aisance et de progrès civilisé à laquelle nous aspirons. Nous prions Dieu le Tout-Puissant de nous soutenir et de nous aider à réaliser les objectifs nationaux auxquels nous aspirons tous sous la bannière de Son Altesse l'Emir et de Son Altesse le Prince héritier.

Que la paix de Dieu et sa divine miséricorde et grâce soient avec vous.

 
  Imprimer cette page