Discours
  L’Allocution de S.A le Premier ministre par devant l’Assemblée Nationale après le serment  
  10 May 2011  
     
 

Au nom d’Allah le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux
«Et remplissez l'engagement, car on sera interrogé au sujet des engagements», Allah a dit la vérité.

Votre Excellence Président de l’Assemblée nationale,
Mesdames et Messieurs Membres de l’Assemblée nationale,
J'ai eu le privilège de répondre à la haute volonté de Son Altesse l’Emir me nommant Premier Ministre, ainsi que nous avons tous été honorés par la chère confiance de Son Altesse. Nous sommes heureux, lors de cette réunion fructueuse, d’exprimer à Son Altesse notre profonde gratitude et notre fierté de cette précieuse confiance. Il ne nous manque pas non plus d’adresser à Son Altesse le Prince Héritier nos respects les plus profonds et notre gratitude pour son support et ses bonnes directives. De même, il ne nous échappe pas de faire l’éloge de l'esprit de responsabilité dont ont fait preuve nos frères et sœurs les membres de l’ancien gouvernement, et des efforts sincères qu'ils ont prodigués, ainsi que de leurs réalisations distinguées au service de la nation et des citoyens.
Alors que nous sommes sur le seuil d'une nouvelle étape du processus de l'action nationale, nous devrions, mes chers dames et messieurs, signaler la délicatesse de cette étape difficile de l'histoire du Koweït, avec tout ce qu’elle renferme de défis sur les différents niveaux et domaines, demandant à Dieu de nous accorder le succès et espérant de coopérer tous pour atteindre les objectifs et les aspirations nationaux.
Puisque nous aspirons aujourd'hui à des vastes horizons d’espoirs et d’ambitions, nous devons nous empresser à dépasser cette situation de fatigue politique qui a épuisé le pays, et être en mesure de la responsabilité qui nous est confiée, tout en prodiguant davantage d’efforts et de sacrifices pour être, avec l’aide de Dieu, à la hauteur d’affronter les défis et de pousser en avant la roue de la réforme et du développement.
Alors que nous aspirons à un avenir prometteur, nous sommes tenus d'établir une approche pratique qui pose les fondements d’un nouveau processus basé sur le travail, la production et l'évaluation, ainsi que sur le fait de rendre tout le monde responsable dans le cadre des obligations et des droits nationaux.

Mesdames et Messieurs,
Avec le lancement des travaux du gouvernement, nous envisageons peut-être le plus les orientations et les conseils de Son Altesse, en particulier ceux sur lesquels il a toujours insisté et qui sont la préservation de l'union et des principes nationaux, tout en rejetant les causes et les aspects de la discorde, de la dispersion et de la division, et tout en renforçant la cohésion connue du peuple koweïtien, ce qui traduit notre attachement aux principes établis par notre sainte religion et à notre patrimoine des valeurs morales, à côté de la consécration de l’Etat du droit et des institutions quand à la conservation de la sécurité, au renforcement de l'autorité du pouvoir judiciaire et à l'enracinement de la loi, de la justice, de l'égalité et de la protection des acquis.
Nous devons travailler sérieusement pour traduire la haute volonté de Son Altesse l’Emir visant à transformer le Koweït en un centre financier et commercial, à activer le travail développemental et à renforcer notre économie nationale et soutenir ses composantes, en plus de poursuivre les efforts répondant aux besoins des citoyens, en particulier dans le domaine des services vitaux comme la santé, l'éducation, le logement et autres.
Il est à souligner que ces efforts n’aboutiront pas aux résultats aspirés que si les citoyens et les institutions s’engagent à exercer leur rôle positif souhaité et nos agences d’information nationaux s’engagent à exercer leur rôle responsable en tant qu’une tribune libre en laquelle nous avons confiance pour protéger l'intérêt public, préserver la réputation du pays etses acquis civilisés, et renforcer ses relations avec les pays frères et amis.
Le gouvernement affirme son engagement à poursuivre sa politique extérieure selon les paramètres de principe qui se basent sur le respect des principes et des lois internationaux, le respect de l’indépendance et de la souveraineté des Etats, et le respect des relations de bon voisinage, ainsi que la non-interférence aux affaires intérieures des autres pays.
Outre ce qui précède, le gouvernement insiste sur l’importance de quelques bases et pivots qui consistent la pierre angulaire nécessaire pour réaliser le succès aspiré. De là, le Conseil des ministres a pris plusieurs résolutions relatives et a chargé les autorités compétentes de leur exécution dans des délais précises, à citer :
Premièrement: Renforcer la relation entre l’Assemblée nationale et le gouvernement dans le cadre d'une approche qui permet le développement d'une formule de compromis dans le cadre de la Constitution et des mécanismes de travail commun consacrant les formes de coopération aspirée afin de résoudre les diverses affaires et questions débattues, fournir les moyens de la coopération constructive, supprimer les tensions et désamorcer les conflits politiques et toute autre crise potentielle, ce qui garantit une bonne coopération entre les deux pouvoirs, législatif et exécutif, et mène à la réalisation des objectifs souhaités dans le cadre des dispositions de la Constitution et du règlement intérieur de l’Assemblée nationale.
Deuxièmement: S’engager à appliquer la loi à tous sans aucune exception, en passant de la théorie à l'application, ce qui exige d'élaborer les mécanismes nécessaires pour examiner, développer et moderniser la structure juridique afin de répondre aux besoins du développement global, de convoyer les changements, de s'adapter aux exigences de l’Etat moderne, et d’assurer tous les composants et les exigences qui garantissent l'engagement sérieux et total à l'application des lois.
Troisièmement: Charger le Comité ministériel des affaires économiques, avec la collaboration du Secrétariat général du Conseil suprême de la planification et du développement et avec la collaboration de l’appareil du suivi de la performance gouvernementale et des différents autorités gouvernementales, de préparer le projet du programme de travail du gouvernement de la prochaine phase, conformément aux dispositions de l'article (98) de la Constitution, afin de le soumettre à l'Assemblée nationale dans les meilleurs délais, et ce dans le cadre du plan de développement adopté par l'Assemblée nationale.
Quatrièmement: Charger le Comité ministériel des affaires juridiques avec la collaboration des autorités compétentes et du Département de la Fatwa et de la législation, de préparer un projet de loi visant à s'attaquer aux causes ruinant l'union nationale de la société koweïtienne et aux aspects du fanatisme sectaire, tribale et partial qui divisent la communauté, à les soumettre à la loi et à rendre responsables leurs auteurs, étant donné que le Comité doit soumettre le projet de loi dans le délai d’un mois.
Cinquièmement: Charger le Comité ministériel de l’éducation, avec la collaboration des autorités compétentes et des institutions de la société civile, d’élaborer un plan bien étudié visant à corriger les faux concepts, à affronter les aspects de la division et de la discorde entre les catégories de la société koweïtienne, à inculquer les notions de la citoyenneté correcte, à renforcer le sentiment d'appartenance et de loyauté envers la patrie, à renforcer l'union nationale et à faire prévaloir les principes et les valeurs de la modération, de la tolérance et de l'acceptation des autres, et ce dans un délai de trois mois.
Sixièmement: Charger le Comité ministériel des affaires juridiques et le Comité ministériel des affaires économiques de préparer un projet de loi instituant l’établissement d’une autorité nationale pour la probité et la lutte contre la corruption conformément aux conventions internationales à cet égard, afin de faire face aux aspects de la corruption administrative et financière, et de prendre des mesures préventives et thérapeutiques à cet effet. Le Comité doit soumettre le projet de loi susmentionné dans le délai d’un mois.
Septièmement: Charger le Comité ministériel des affaires juridiques d'examiner les règlements et les procédures de contrôle financier et administratif entrepris vis-à-vis du travail des divers organes de l'Etat et de coordonner totalement avec les organismes de contrôle (Cour des comptes- Comité des adjudications centrales- Département de la Fatwa et de la législation) en vue de renforcer le contrôle, d’éviter la répétition des irrégularités, de réaliser la transparence, la probité et l'égalité des chances dans tous les travaux gouvernementaux, et de préserver les fonds publics, tout en travaillant pour faciliter la réalisation de projets et l'accélération du cycle documentaire. Le Comité doit présenter son rapport au Conseil des ministres dans un délai de deux mois.
Huitièmement: Charger le ministère de l'information et le ministère des communications d’activer les mesures pratiques garantissant le renforcement du rôle des médias et de la communication dans l'exercice de leur mission dans le service de l'intérêt national, dans la préservation des constantes nationales, dans la création de l'opinion publique informée et dans le renforcement des bonnes relations avec les pays frères et amis afin de réaliser les intérêts communs. 
Neuvièmement: Charger le ministre d'Etat pour les Affaires municipales, avec la collaboration des autres autorités compétentes, d'accélérer la réalisation du projet de loi instituant la création de l'Autorité publique pour le contrôle des aliments, en tant qu’autorité spécialisée dont la tâche est de contrôler la nourriture au pays et d'assurer sa convenance à l'usage humain afin de protéger la santé et la sécurité des consommateurs, ainsi que d’arrêter les contrevenants et d’en prendre les mesures légales convenables, et ce dans le délai de deux mois. 
Dixièmement: Charger la municipalité du Koweït de préparer un projet de loi pour l’intensification des sanctions imposées à toute personne qui cause la circulation des aliments impropres à la consommation humaine et met en danger la sécurité et la santé des consommateurs, sous peine qui pourrait atteindre la prison et le retrait du permis de la société contrevenante, et ce dans un délai de deux mois.
Sans minimiser l'importance des autres sujets et questions, ce qui précède constitue les caractéristiques d'un cadre général pour les pivots les plus importants qui sont à la base du nouvel essor de l'action gouvernementale, et qui exige la coopération de tout le monde et la convergence des efforts selon une approche pratique et responsable.

Mesdames et Messieurs,
Ceci, et vu notre soucis et préoccupation vis-à-vis de la tension qui règne dans la région, et ses défis internes et externes, nous devons être pleinement préparés à affronter ses répercussions et ses issues par tous les moyens disponibles afin de préserver la sécurité et la stabilité du pays.
Les expériences passées nous prouvent sûrement que la stabilité politique est une condition nécessaire à la stabilité de la sécurité, à l'amélioration économique et à la performance productive de l’Assemblée et du gouvernement à la fois. Cela implique un appel à une nouvelle approche différente dans le travail politique, en vertu de laquelle on puisse réaliser le projet global de réforme et la place que nous souhaitons pour notre pays et notre peuple fidèle, remplacer les sentiments de frustration et d'inquiétude par un esprit d'espoir et d'optimisme, et renforcer la volonté solide et sérieuse dont l’objectif est de construire et d’achever la réforme.

Mesdames et Messiers,
Le gouvernement affirme sa poursuite sérieuse de l’effort visant à réaliser la coopération constructive avec votre honorable Assemblée, tout en s’engageant à appliquer les dispositions et l’esprit de la Constitution et tout en consacrant le principe de la séparation des pouvoirs avec leur coopération complète et ce dans l’intérêt de la patrie. Le gouvernement accueille de même la critique positive et l’activation du contrôle objectif sur sa performance. La coopération basée sur le dialogue sérieux  reste le meilleur choix pour la consécration de la confiance réciproque entre l’Assemblée et le gouvernement et l’élimination de la tension, afin de renforcer la réalisation et afin que le Koweït soit toujours gagnant. Là, il faut affirmer que la coopération n’est plus un choix, mais il est notre destin irremplaçable, et une valeur essentielle pour conserver notre système politique et notre sécurité nationale.
A cet égard, le gouvernement tourne aujourd’hui une nouvelle page dans son rapport avec votre honorable Assemblée, basée sur une sincère  coopération, avec une mentalité ouverte, un cœur sincère et une intention pure dont l’objectif est le dialogue, l’entente, et l’harmonie. Nous espérons que ces bonnes intentions soient réciproques, pour que nous puissions travailler ensemble pour la réalisation du projet de réforme globale.
Monsieur le Président de l’Assemblée nationale,
Mesdames et Messieurs les honorables membres,
Dieu nous a accordé beaucoup de grâces et de vertus, et nous avons tous les éléments et les atouts du développement, de distinction et de créativité. Le Koweït mérite d’être au plus haut rang et le peuple koweitien a le droit de jouir d’un présent sécurisé et d’être rassuré d’avoir un avenir prospère pour ses futures générations, avec la volonté de Dieu. 
Il dépend de nous de travailler sérieusement et fidèlement pour pousser en avant la roue des réalisations effectives, afin de construire et de développer notre pays et de réaliser les espoirs et les aspirations des citoyens.
Nous sommes au gouvernement fermement convaincus que les membres de l'Assemblée nationale distinguée sont engagés à matérialiser la coopération espérée entre les deux pouvoirs pour atteindre les objectifs nationaux que nous recherchons tous, afin de pouvoir assumer cette grande responsabilité commune visant à garder notre cher Koweït en tant qu’une nation de sécurité et de prospérité.
Nous prions Dieu le Tout-Puissant de nous soutenir et d’unir nos cœurs afin de pouvoir servir la nation et les citoyens sous la bannière de Son Altesse l'Emir et de Son Altesse le Prince héritier.
Que la paix de Dieu et sa divine miséricorde et grâce soient avec vous.

 
  Imprimer cette page