Discours
  Discours de Son Altesse Cheikh Nasser Al Mohammed Al Ahmed Al Jaber Al Sabah pendant la cérémonie organisée à l'ambassade de France à l'occasion de la Journée internationale de la Francophonie  
  20 Mars 2012  
     
 

Mesdames et Messieurs,
C'est un grand plaisir pour moi d'être avec vous pour célébrer la Journée internationale de la Francophonie. Je remercie avec beaucoup d'appréciation les ambassadeurs du Sénégal, du Canada, de la Suisse et de la France pour avoir contribué à l'organisation de cette soirée distinguée par la présence des bons amis.
Il ne fait aucun doute que les relations entre le Koweït et la France sont diverses et anciennes, surtout après la signature de plusieurs accords qui reflètent la profondeur des relations bilatérales croissantes dans tous les domaines. Cette relation unique entre nos deux pays a été couronnée récemment par des accords dans le domaine de la coopération internationale et environnementale. Il y a aussi un accord politique sur les questions régionales et arabes importantes entre le Koweït et Paris, et un échange économique représenté par le volume du commerce bilatéral, ainsi que la coopération dans les domaines militaires et ceux de la santé, et l'échange culturel représenté par le nombre d'étudiants koweïtiens suivant leurs études dans les centres d'apprentissage français.
Les relations entre le Koweït et la France sont historiques et distinctes. Nous nous souvenons toujours au Koweït, avec gratitude et reconnaissance, de la position courageuse de la France pendant l'occupation de Saddam Hussein de notre chère terre, une brave position de principe. Etant un peuple qui aime la liberté et la paix, et qui insiste sur l'importance du dialogue et de l'entente, surtout après ce qu'il a souffert de l'injustice et de l'oppression des guerres, nous louons le rôle de la France en tant que pays pivot dans le monde et dans l'espace européen qu'elle a contribué à créer.
Je ne peux manquer de mentionner la solidité des relations personnelles qui ont lié les responsables des deux pays, à citer l'amitié qui s'est développée entre le Président de Gaulle et le défunt Emir Cheikh Abdullah Al-Salem, et l'amitié du Président Pompidou avec le défunt Emir Cheikh Sabah Al-Salem. Je me rappelle toujours de la visite du Président Giscard d'Estaing au Koweït et de la rencontre du Président Mitterrand avec le défunt Emir Cheikh Jaber Al-Ahmad, ainsi que la visite du président Nicolas Sarkozy au Koweït le 11 février 2009.
Sur le plan personnel, j'ai été très fier quand le Président Nicolas Sarkozy m'a décoré de l'Ordre National du Mérite. De même, je ne peux pas cacher mon bonheur éprouvé lorsque la radio RFI a été lancée à partir du Koweït au même moment où l'avion de Son Altesse l'Emir a atterri sur la piste de l’aéroport de Bourget pour une visite officielle en France, le 29 novembre 2006. Sur le plan familial, et étant un passionné de la francophonie et ayant fait mes études universitaires en Suisse, j'ai été heureux lorsque l'un de mes fils a obtenu son diplôme de Strasbourg et plus tard son doctorat de l'Université de la Sorbonne.
Peut-être la célébration de la Journée internationale de la Francophonie est une bonne occasion pour créer une coopération commune basée sur le respect mutuel, les objectifs communs et les intérêts équilibrés. C'est également une occasion pour développer la diversité culturelle et linguistique, ce qui pourrait contribuer à la convergence des civilisations sans subordination, et nous amèner à explorer ce qui est nouveau sans préjudice de l'identité.
De là, l'Etat du Koweït supporte l'Institut du Monde arabe à Paris et ses activités consistant à promouvoir l'échange culturel et la coopération entre la France et le monde arabe à travers des expositions et des séminaires intellectuels, littéraires, culturels et théâtrales. Ce support s'est matérialisé suite aux instructions de notre défunt Emir Cheikh Jaber Al-Ahmad, et continue toujours avec le soutien et les instructions de Son Altesse l'Emir Cheikh Sabah Al-Ahmad, ce qui reflète le rôle du Koweït qui était et sera toujours une source intellectuelle et le pays qui s'accroche aux valeurs du pluralisme culturel et du respect des droits de l'homme.
En aspirant à renforcer et à approfondir davantage la coopération entre nos deux pays, je vous adresse mes sincères vœux de succès et de prospérité.

 
  Imprimer cette page