Discours
  Discours de Son Altesse Cheikh Nasser Al-Mohammed Al-Ahmed Al-Jaber Al-Sabah pendant le banquet de déjeuner tenu en l’honneur des notables des tribus et du pays  
  30 Mai 2013  
     
 

Chères frères,

J’ai le plaisir de vous accueillir en ce jour spécial qui rassemble des personnes qui me sont très chères… je n’arrive pas à décrire la grandeur de mon appréciation et de ma fierté lorsque je me trouve parmi le peuple du Koweït… ce peuple connu par sa magnanimité… par son courage… par son hospitalité. Bienvenue à vous tous, et que ce don divin de communication, de parenté et de solidarité qui nous unit soit durable.

Je vous félicite chers frères pour le retour de S.A le Prince Héritier Cheikh Nawaf Al-Ahmad de son voyage de traitement. Que Dieu lui donne la bonne santé et le garde pour son frère S.A l’Emir Sabah Al-Ahmad.

Ces jours-ci se coïncident avec le cinquantième anniversaire du hissage du drapeau koweitien aux Nations Unies par S.A l’Emir, alors qu’il était Ministre des Affaires Etrangères. «O Sabah Al-Ahmad quel parcours excellent, avez-vous tracé au service du Koweït». Que Dieu vous garde et vous bénisse.

Chers frères,

J’ai eu le privilège récemment de visiter plusieurs Diwaniyas, et j’ai témoigné personnellement le bon accueil, l’amour et le respect des koweïtiens. J’ai voulu me réunir avec vous pour une deuxième fois avant mon départ… Soyez sûr que cet amour, cette appréciation et ce respect sont réciproques. Soyez sûrs que le peuple du Koweït est dans nos yeux et dans nos cœurs même si les opinions se divergent et les interprétations se diffèrent. Soyez toujours sûrs que les koweitiens, gouvernants et gouvernés, forment une seule famille, et que le Koweït a existé pour demeurer… Soyez toujours sûrs que le pays va bien grâce à Dieu, et ensuite grâce à notre père et notre guide S.A l’Emir Cheikh Sabah Al-Ahmad et S.A le Prince Héritier.

Notre rencontre aujourd’hui vise à poursuivre le parcours de communication, de parenté et d’amour tracé par nos ancêtres. Ce n’est pas étrange de nous communiquer, et celui qui connait le peuple koweïtien le sait très bien. Au contraire, c’est le fait de ne pas se communiquer qui nous est étrange.

Oui chers frères… la communication nous est familière… vous l’avez apprise de vos ancêtres et nous l’avons apprise des nôtres. Malgré la divergence des opinions, nous restons une seule famille. Vous rappelez-vous de ce que le défunt Emir Cheikh Ahmed Al-Jaber a dit lorsqu’il y a eu un désaccord entre les koweitiens: «je ne prends une position contre personne, ils sont tous des citoyens koweitiens et la main droite est complémentaire de la main gauche».

Le défunt Emir Cheikh Abdallah Al-Salem nous a donné une leçon d’égalité lorsqu’il a dit: «je ne distingue pas entre un citoyen et un autre. Ils sont tous égaux en droits et en devoirs… le meilleur est celui qui est le plus utile pour sa patrie, et nous appartenons tous à cette patrie.»

Quant au défunt Emir Cheikh Sabah Al-Salem, il nous a appris l’amour pur quand il a dit: «mon peuple et moi forment un seul ensemble… nous avons une seule religion et mon but est de servir le peuple, je suis avec le peuple pour le meilleur et pour le pire.»

Le défunt Emir Cheikh Jaber Al-Ahmad nous a aussi donné une leçon de nationalisme. Je me rappelle toujours de son mot: «le Koweitien qui est né dans ce bon pays est une personne sobre qui vit dans le cadre de sa religion et de ses bons coutumes; si la colère l’éloigne, la fraternité le ramène, et si le caprice l’incline, la fidélité le redresse.

De même, nous avons appris des leçons dans l’union nationale de l’Emir père Cheikh Saad Al-Abdallah qui disait que toutes les crises à laquelles le Koweït a fait face à travers son histoire ont échoué grâce aux soins divins et à la cohérence et à la cohésion du peuple Koweïtien.

S.A Cheikh Sabah Al-Ahmad nous a appris que le Koweït reste la balance de nos intentions, de nos paroles et de nos actes… Oui, le Koweït et rien que le Koweït.

Chers frères,

J’ai eu l’honneur de travailler avec les Emirs du Koweït pour de longues années… Je peux vous parler sincèrement de la cohérence que j’ai vu entre le gouverneur et le gouverné dans ce cher pays… de la communication... de la parenté... du soutien pendant les malheurs... du partage de la joie... des portes ouvertes... de la franchise habituelle... c’est un don de Dieu que nous aimerions transmettre à nos fils… Nous voudrions leur dire que la différence des opinions ne gâche pas l’amitié… Nous voudrions leur dire que malgré la différence des opinions nous restons des frères affectueux… Nous voudrions dire à nos fils que les postes ne durent pas, mais c’est notre communication sociale et notre cohérence qui nous distinguent des autres pays… et nous voudrions que cela dure…

Mes frères… voilà l’histoire du Koweït. Une histoire d’amitié… une histoire d’affection… une histoire de parenté… une histoire de soutien mutuel… une histoire d’apparentage… une histoire de voisinage… une histoire de tolérance… et en ce qui me concerne, malgré la diffamation qui m’a touché parfois, je ne garde pas la moindre rancune contre aucun koweitien. Je vous recommande, comme je me le recommande, d’ouvrir votre cœur à la tolérance, la tolérance, la tolérance…

Comme a dit l’Imam Al- Shafi’i: «Soit un homme patient…que ton caractère soit la tolérance et la fidélité… la tolérance couvre tout défaut… autant bien que la générosité».

Que Dieu garde le Koweït et son peuple sous la guidance de S.A l’Emir et S.A le Prince Héritier.

Encore une fois soyez les bienvenus mes chers frères.

 

 
  Imprimer cette page