Discours
  Discours de Son Altesse Cheikh Nasser Al-Mohammed Al-Ahmed Al-Jaber Al-Sabah pendant le déjeuner tenu en l’honneur de Boris Johnson, le Maire de Londres  
  11 novembre 2013  
     
 

S.E M. Jassim Mohammed Abdul Mohsen Al-Kharafi,
Président de l'Assemblée nationale de 1999 à 2012,
S.E M. Boris Johnson et sa délégation,
Leurs Excellences les Cheikhs,
Leurs Excellences les Ministres,
Leurs Excellences les Ambassadeurs
Mesdames et Messieurs,

J’ai le grand plaisir d’accueillir M. Boris Johnson, le maire de Londres.

Monsieur le maire est certainement une personnalité familière au Royaume-Uni et dans le monde politique britannique. Il est de même connu en dehors du Royaume Uni. Nous somme honorés qu’il a choisi de nous visiter au Koweït et de faire la connaissance de notre jeune, belle, et vivante nation.

Comme beaucoup d'entre nous le savent, aujourd'hui - le 11 Novembre - a une signification particulière pour le Koweït et pour le Royaume-Uni. C'est le jour où, à travers le pays, les gens du Royaume-Uni se rappellent de ceux qui sont morts au service du trône britannique. Ce jour a été identifié après la Première Guerre mondiale et a été appelé «jour de l'Armistice»: c’est le moment où, en 1918 - à onze heure, le onzième jour du onzième mois - ce conflit mondial terrible avec l’énorme perte de vie humaine qu’il a entrainé, s’est finalement terminé.

Aujourd'hui, le 11 novembre est une occasion pour le Royaume-Uni et le monde tout entier d’honorer la mémoire de ceux qui sont tombés et pour les remercier pour l'ultime sacrifice qu'ils ont fait envers leur pays, quelque soit le conflit. Et ce matin, à 11 heures GMT, un moment de silence a été observé à travers les villes et les villages britanniques pour commémorer les sacrifices de ce jour.
Monsieur le maire, le peuple koweitien se rappelle à son tour des conflits et des sacrifices. Nous avons subi plusieurs fois des menaces d’invasion; nous étions victimes d’une agression inexplicable. Notre territoire a été envahi et violé. Notre peuple a beaucoup souffert; et en ces moments difficiles notre allié britannique a été à notre côté, et quand est venue l’heure de reprendre notre liberté et de rejeter l’oppression et l’agression, les forces des alliés sont venues nous aider.

Nous nous rappelons aussi de l’appel du devoir et du sacrifice de ceux qui sont venus de l’extérieur de nos frontières pour défendre la question de la liberté. Oui nous nous souvenons, et aujourd’hui en particulier, nous remercions nos amis britanniques pour leurs sacrifices à notre nom.

Monsieur le maire, je voudrais vous informer avec fierté que le 11 novembre est aussi un jour important chez les koweitiens, car c’est le jour où la constitution a été publié il y a 51 ans pour garantir à nos citoyens le droit de la croissance et de la prospérité et le droit de participer à la construction de notre avenir. Elle a adopté les principes que le document Magna Carta a établis en Angleterre en 1215, et qui a formé un exemple à suivre en ce qui concerne la légalisation des actions et des activités gouvernementales.

Nous avons de la chance que S.A l’Emir Cheikh Sabah Al-Ahmad soit l’un des pères fondateurs qui ont participé à la formulation de la constitution et qu’il soit l’architecte de la politique koweitienne extérieure pour plus de 50 ans grâce auquel il fut nommé doyen des ministres des affaires étrangères.

Monsieur le maire nous vous accueillons aujourd’hui à partir de plusieurs égards: d’abord en tant qu’un homme politique britannique exceptionnel; deuxièmement en tant que représentant de l’une des plus grandes capitales du monde; et troisièmement en reconnaissance de l’importance de votre mission qui est de renforcer les liens commerciaux, économiques et culturels qui lient nos deux pays.

Permettez-moi de parler brièvement de chacun de ces points.
Premièrement, nous vous saluons monsieur le Maire pour être une personnalité dirigeante dans la politique britannique. Bien que vous ayez été élu au parlement britannique relativement récemment- en 2001- vous avez vite rejoint les premiers rangs du Parti conservateur, et puis l’opposition officielle. En 2008, vous avez pris votre décision historique de poser votre candidature pour être nommé Maire de Londres à travers le Parti conservateur et vous avez bien réussi. Quatre ans plus tard, la veille de l’olympiade de Londres, le peuple vous a de nouveau élu pour le poste du Maire de Londres. Nombreux sont ceux qui s’attendent de votre retour au parlement quand le bon temps vient grâce à votre amour pour votre pays.

Sans doute votre êtes un communicateur suprême que ce soit à travers vos allocutions ou à travers vos lettres. Vous êtes un politique unique. Vous vous intéressez peu au parcours politique mais vous vous souciez grandement du peuple et vous êtes capable d’identifier ses besoins.

Deuxièmement, je voudrais dire quelque chose sur cette grande ville que vous représentez: Londres.

L’Etat du Koweït a pour longtemps joui des relations spéciales avec la ville de Londres, le cœur de la capitale financière et historique. Par exemple, depuis quelques mois, nous avons célébrer le soixantième anniversaire de la fondation du bureau de l’investissement koweitien. Le bureau de l’investissement koweitien dirige actuellement des milliards de dollars au niveau mondial, et 20% de ces investissements est effectué au Royaume-Uni dans des différentes sortes d’activités commerciales. Cette relation est une relation à double sens, car plusieurs compagnies britanniques jouent un rôle croissant dans le développement du Koweït.

En fait, Square Mile est une partie essentielle de ce que Londres pourrait offrir. Londres est plus qu’un simple secteur financier, bien qu’il soit assez grand au niveau mondial. Il est même plus grand que son héritage, que ses sites historiques, que ses bâtiments, que ses beaux parcs, et que ses restaurants et ses théâtres à haut niveau.
La position de Londres comme peut-être la plus grande ville internationale réside dans sa merveilleuse diversité et son ouverture sur le monde. Sans doute, cela est la source de son énergie et de sa vitalité, la source de la créativité humaine et de l’innovation qui donne à la capitale sa vivacité. Et c’est pour cette raison que les koweïtiens gardent une relation forte avec ce pays, leur patrie mondiale.

Mais ce n’était pas toujours le cas. Depuis trente ans, Londres a perdu un quart de ses habitants, et sa position a commencé à détériorer. Mais les jeux olympiques et paralympiques de 2012 ont prouvé au monde que le changement surprenant est une chose possible.

Monsieur le maire, vous n’avez pas été concurrent aux jeux olympiques de Londres. Malheureusement, il n’y avait pas une compétition de cyclisme libre qui est votre hobby. Mais vous avez été alors et vous êtes toujours la face de Londres. Tout comme la ville que vous représentez, vous êtes confiant, actif, et ouvert sur le monde et sur la puissance créative du changement. Et la brillance de Londres est énormément importante pour la progression et la prospérité de la société.

J’arrive au troisième et dernier point qui est de parler brièvement, monsieur le Maire, de votre mission au Koweït.

J’ai susmentionné déjà le travail du bureau de l’investissement koweitien à travers son branche à Londres et les relations fortes qui le relient avec le secteur des services financiers du Royaume-Uni. Mais nos relations, économique et commerciale, datent sûrement de l’an 1792, depuis la fondation du premier centre commercial britannique au Koweït.

Aujourd’hui, le Koweït est le troisième plus grand partenaire du Royaume-Uni parmi les pays du CCG. Et le Golfe est le 7ème plus grand marché d’exportation pour le Royaume-Uni. En 2011, le Premier Ministre britannique, David Cameron a annoncé que son objectif était de redoubler l’échange commercial bilatéral en l’an 2015. En effet, un grand progrès a été déjà achevé vis-à-vis de ce but.

En ce qui concerne le Koweït, notre économie a continué à se développer. La croissance durable a généré de grands excédents budgétaires et un haut niveau de prospérité. Le Koweït a enregistré l’un des taux les plus élevé du PIB par habitant dans le monde.

Mais il reste beaucoup à faire. Le Koweït a besoin de renouveler et de diversifier son économie. Pour cette raison, nous avons commencé à travailler sur un plan de développement national ambitieux. Il vise à faire du Koweït un centre logistique, financier et commercial à travers le développement de l’infrastructure et l’augmentation de la capacité de production.

En coopération avec le parlement koweitien, le gouvernement est en train d’établir un nouveau cadre de lois visant à créer un environnement favorable. Par l’encouragement de l’esprit de l’entreprise et l’entreprise privée, nous cherchons à diversifier l’économie, à augmenter le volume du secteur privé et à attirer les investissements étrangers.

Dans tous cela, nous aspirons à un partenariat croissant avec le Royaume-Uni. Des compagnies britanniques ont déjà remporté de grands contrats pour des projets de pétrole, de Gaz et de construction au Koweït. De même, il y a environs 6000 citoyens britanniques qui travaillent actuellement dans le pays. Pourtant le partenariat ne se limite pas seulement à développer l’infrastructure et à augmenter les affaires commerciales et d’investissement, mais nous reconnaissons bien que le Royaume-Uni a beaucoup à nous offrir en nous aidant à élargir la base de nos compétences, surtout dans les domaines de l’éducation et de la santé.

Monsieur le Maire, à travers tout ce qui a précédé, nous pouvons construire un partenariat plus profond et plus productif entre nos deux pays. Peut-être votre visite est courte cette fois, mais il y a beaucoup à faire. Nous voulons travailler avec vous.
Monsieur le Maire,
Je sais qu’il y a une sorte de tradition dans votre pays qui consiste à donner la clé de la ville à un dignitaire qui visite votre pays… et nous avons pris ça en considération… mais je suis sûr que vous savez bien que le Koweït est historiquement connu comme la ville à plusieurs portails… et quand nous avons calculé le nombre de portails que nous possédons et le nombre de clés qu’il nous faut pour les ouvrir tous, nous avons constaté que cela ne va marcher parce que les clés seraient lourdes et énormes…

Mais soyez sûr que les portes et les portails du Koweït seront toujours ouverts pour vous.

Monsieur le Maire, nous vous remercions pour avoir partagé avec nous vos idées quant à rendre notre monde meilleur pour nos peuples, et nous attendons avec impatience de profiter du reste de votre visite.

Merci.

 
  Imprimer cette page