Discours
  Discours de Son Altesse Cheikh Nasser Al-Mohammed Al-Ahmed Al-Jaber Al-Sabah pendant la cérémonie organisée à l'Ambassade française à l'occasion de la Journée internationale de la Francophonie  
  22 mars 2015  
     
 

Monsieur l’Ambassadeur de la République du Sénégal et Doyen du corps diplomatique,
Monsieur l’Ambassadeur de la République de la France,
Messieurs les Ambassadeurs de la Confédération suisse, du Canada, et du Royaume de Belgique,
Messieurs les Ambassadeurs du Corps diplomatique,
Nos Amis les Francophones,
Mesdames et Messieurs,

Comme d’habitude depuis plusieurs années, nous nous réunissons aujourd’hui pour célébrer cette belle occasion culturelle, la Journée internationale de la Francophonie. C'est un grand plaisir pour moi de partager avec vous la célébration de ce jour international culturel, devenu au cours des dernières années un rendez-vous culturel pour nous tous, les francophones, les utilisateurs et les fans de la langue française. Je vous salue et je vous félicite à l’occasion de cette belle célébration annuelle.

Je voudrais à cette occasion remercier Leurs Excellences les ambassadeurs de la Suisse,  de la France,  du Canada,  de la Belgique  et du Sénégal  pour l’organisation de cet évènement.

Mesdames et Messieurs,

La célébration de la Journée internationale de la Francophonie évoque des sublimes significations humanitaires, et des concepts civilisés avancés. Elle évoque les valeurs de la tolérance, et l'esprit de la fraternité et de la coopération entre les différentes cultures, ainsi que la préservation de l’ancien patrimoine humain, qui sont les significations dont nous avons très instamment besoin dans la situation actuelle détériorée au Moyen-Orient, sous l’ombre de l’attaque féroce des groupes extrémistes et terroristes, qui gâchent la composition de la région, sa cohésion, sa culture, et son ancien patrimoine. Ces groupes ne se sont pas limités à déstabiliser la paix et à diffuser la peur, la destruction et l’assassinat, ou à forcer les zones qui sont tombées sous leur contrôle à appliquer leurs concepts barbares anti-civilisation; ils ne se sont même pas contentés d’attaquer les minorités religieuses et ethniques dans la région, d’essayer de les humilier ou de les liquider, et d’agresser et de mépriser la civilisation, la culture et les arts, mais ils ont détruit les monuments de la région et attaqué le patrimoine de l'humanité, croyant que par de telles pratiques criminelles et barbares, ils peuvent changer l’histoire ou la falsifier. Pourtant l’histoire restera éminente et défiera cette folle altération, et la région gardera sa réserve culturelle et humaine qui s’étend sur des milliers d'années; elle est capable de défier le terrorisme et de détruire ses projets. Et nous, à cette occasion culturelle internationale, nous ne pouvons que  souligner ces significations et ces valeurs humaines, à travers lesquelles nous pouvons coexister sur notre planète en paix et en harmonie, et rejeter l'extrémisme sous toutes ses formes, ses nominations, ses affiliations et ses orientations.

Mesdames et Messieurs,
J’ai souligné aux occasions précédentes, l’engagement du Koweït à être la crèche de la culture et des arts dans cette région du monde, et si le Koweït cherche à jouer ce rôle, il ne dépend pas de sa richesse et de son désir ardent de le faire, bien qu’ils soient deux facteurs essentiels, mais il dépend de sa population ouverte aux autres cultures depuis les temps anciens; or l’incubation de la culture et des arts équivaut à la production, à l'innovation et à la créativité; elle équivaut au fait de prendre et de donner, et à l'échange des idées et des visions. Nous croyons que les koweitiens jouissent d’une grande souche culturelle, et sont en mesure de jouer ce rôle. De là, nous trouvons que le nombre des koweïtiens qui parlent les différentes langues du monde est en augmentation continue, ainsi qu’augmente jour après jour le nombre des koweïtiens qui parlent la langue française. Le dernier événement culturel dans cet aspect est peut-être la célébration, plusieurs jours auparavant, de l’ouverture du département de la langue française et ses cultures à la Faculté des arts à l'Université du Koweït, en collaboration avec l’Université Paris-Sorbonne française, qui est un événement académique culturel important pour l'avenir de la coopération culturelle arabe avec la francophonie dans cette région. Nous espérons avoir un nouvel événement culturel qui soutient la coopération koweïtienne et arabe avec la francophonie, chaque année que nous célébrons ce jour.

Je ne peux en conclusion, Mesdames et Messieurs, que répéter mes sincères félicitations à vous, à l’occasion de cette belle occasion.

Grand Merci

 

 
  Imprimer cette page