Discours
  Discours de Son Altesse Cheikh Nasser Al-Mohammed Al-Ahmed Al-Jaber Al-Sabah lors de la cérémonie organisée à l'Ambassade de la République de France à l'occasion de la Journéeinternationale de la Francophonie  
  18 mars 2018  
     
 

Monsieur l’Ambassadeur de la République du Sénégal et Doyen du corps diplomatique,

Madame l’Ambassadeur de la République de France,

Messieurs les Ambassadeurs du Canada,de Belgique, de Suisse,de Roumanie, du Burkina Faso,du Niger,du Bénin,d’Égypte,et du Liban,

Messieurs les Membres du Corps diplomatique,

Monsieur le Représentant du Comité international de la Croix Rouge,

Nos Amis les Francophones,

Mesdames et Messieurs,

Je suis ravi de vous rencontrer à cette occasion annuellepour célébrer la Journée internationale de la Francophonie. Cette occasion est devenue un rendez-vous important auquel je tiens à participer depuis sept ans et un événement culturel distingué à travers lequel nous exprimons notre admiration pour la langue française et son rôle dans l'enrichissement de la civilisation moderne. Je voudrais remercier Leurs Excellences les Ambassadeurs de France, du Sénégal, du Canada, de Belgique, de Suisse, de Roumanie, du Burkina Faso, du Niger, du Bénin, d’Égypte, et du Liban pour la célébration de cette occasion au cours des dernières années et pour l’organisation de continus événements culturels, comme cette belle soirée distinguée.

 

Mesdames et Messieurs,

 

Notre célébration de l'une des langues internationales est une affirmation de l'importance de la langue dans la vie humaine. Elle n’est plus seulement un outil de s’exprimer, mais elle est devenue l’outil qui raccourcit les distances entre ses locuteurs et qui leur accorde un sentiment d'appartenance à la culture qu'elle représente. La préservation des langues internationales est en fait la préservation des cultures diverses, et c’est-ce qui nous pousse peut-être àtoujours souligner l'importance de la diversité culturelle dans la société mondialisée. En effet, la dominance d'une seule langue dans la communauté internationale pourrait affaiblir les autres langues et priver l’humanité de leur riche patrimoine linguistiqueet de leurs cultures diversifiées. Notre insistance sur la nécessité de donner de l'importance aux langues internationales vient de notre soin de garder la relation des générations successives avec l'ancien patrimoine de l'humanité, et découle de la peur de répéter les erreurs du passé, lorsque les langues de plusieurs civilisations anciennes ont disparu devant la domination d'une seule langue. Et avec cette disparition, on a perdu la riche histoire ancienne de l'humanité,et ses cultures. Sans les énormes efforts des archéologues dans l’étude et le déchiffrage de l’écriture cunéiformeet l’écriture hiéroglyphique, nous n’aurions pas pu connaître l'histoire de l'ancien Orient. La langue est non seulement le registre de la mémoire d’une nation et le pot rassemblant ses idées, ses concepts et ses valeurs, mais c’est aussiune puissance, comme exprimé depuis des centaines d'années par Ibn Khaldounqui a dit: «La puissance de la langue dans une nation signifie la continuation de cette nation à jouer son rôle parmi les autres nations».

 

 

Mesdames et Messieurs,

 

Bien qu'il existe des langues universelles qui précèdent la langue française quant au nombre de locuteurs natifs, mais le monde moderne ne peut qu’exprimer son admiration de la capacité distincte de la langue française dans l’industrie de la pensée, dansla philosophie,le droit, la littérature et l'art. C’est une capacité que reflète les grands œuvres et les éminentes personnalités dans ces domaines depuis le début de la Renaissance jusqu'à nos jours. La langue française ne s’est pas arrêtée aux frontières de la France; elle a parcouru les distances et traversé les océans pour devenir l’outil d’expression des cultures d’autres peuples en Amérique, en Afrique et en Asie, et a eu recours à son vocabulaire et ses styles de rédaction pour enregistrer les émotions, les idées, les pensées et les connaissances d’une manière charmante, dans la forme commedans le fond, de tellesorte qu’elleest arrivée à fasciner les auditeurs par sa force, sa durabilité et sa romance. La langue française n’apas seulement dépassé les frontières de la géographie, mais elle a réussi à traverser l'histoire et le temps. Elle a réussi par sa richesse linguistique à transmettre les cultures anciennes, et faire revivre les littératures des anciens Égyptiens, des Sumériens, des Acadiens, des Babyloniens et des Assyriens. En fait, le monde le doit à l'archéologue français Jean-François Champollion qui a étudiéla langue égyptienne ancienne «l’hiéroglyphie» lorsqu’il a découvert les symboles de la Pierre de Rosette en 1828, pendant la campagne d'Égypte. On le doit aussi à l'archéologue suisse Édouard Naville, qui a restauré la vie des textes religieux des anciens Égyptiens, et à l'archéologue français Jean-Vincent Scheil, qui nous a révélé le Code de Hammurabi de l'ancien Irak, après qu’il a découvert l'Obélisque sur lequelétaient inscrites les plus anciennes lois et législationsde la civilisation humaine.

 

Mesdames et messieurs,

 

A l’évocation des contributions de la langue française dans larevivification des cultures anciennes du monde, je suis fier de dire que nous au Koweït sommes heureux d’avoir chez nous le Centre français d'Archéologie et de Sciences sociales, quiexerce son activité qui consiste à sonder les profondeurs de la péninsule arabique, afin de découvrir les civilisations anciennes, parce que nous croyons que nous pouvons fournir le meilleur environnement culturel pour une telle activité scientifique, grâce à notre environnement culturel caractérisé par laliberté,la diversité et l'encouragement de toutes sortes d’activités culturelles.Nous sommes un peuplequi a vécu sur la côte, qui a visité les divers ports du monde, et qui s’est intégréavec les cultures des peuples de l'océan Indien, ce qui l’a poussé à s’ouvrir aux autres, et à leurs langues, cultures et idées. Il s’est habitué à prendre et à donner et à échanger les idées, les opinions et les nouvelles visions, et c’est peut-être la raison derrière le nombre croissant des koweïtiens qui apprennent les différentes langues du monde, dont le français.

 

 

Mesdames et messieurs,

 

A la fin de ce mot, je tiens à réitérer mes remerciements aux organisateurs de cette célébration,Leurs Excellences les Ambassadeurs de France, du Sénégal, du Canada, de Belgique, de Suisse, de Roumanie, du Burkina Faso, du Niger, du Bénin, d’Égypte, et du Liban, et à tous leurs résidents àl'État du Koweït. Je tiens à remercier tout particulièrement l'Ambassadeur de France, qui a supervisé l'organisation de la cérémonie de ce soir. J'espère voir plus de coopération culturelle entre le Koweït et les pays francophones, dans les années à venir. Je voudrais souligner aussi la solidité de nos relations diplomatiques avec vos pays, et vous rappeler que nous n’oublierons jamais la position honorable de vos pays lors de l’agression contre notre pays.

 

Merci.

 
  Imprimer cette page