Discours
  Discours de Son Altesse le Cheikh Nasser Mohammed Al-Ahmed Al-Jaber Al-Moubarak Al-Sabah à l'occasion de la cérémonie d'adieu de l'ambassadeur américain au Koweït  
  16 septembre 2019  
     
 

Au nom d'Allah le Plus Miséricordieux, le Plus Miséricordieux,

Que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur le fidèle prophète Muhammad bin Abdullah, ainsi que sur sa famille et ses compagnons,

 

Son Excellence l'Ambassadeur des États-Unis d'Amérique, M. Lawrence Robert Silverman,

Leurs Excellences les Ambassadeurs et les Membres du Corps diplomatique,

Mesdames et Messieurs,

 

J’ai le plaisir de vous accueillir tous aujourd'hui pour dire au revoir à Son Excellence M. Lawrence Robert Silverman, Ambassadeur des États-Unis d'Amérique auprès de l'État du Koweït, qui a passé près de quatre ans parmi nous, représentant son pays, son peuple et son gouvernement. C'est un ambassadeur qui possède une vaste expérience diplomatique et que son travail n'a jamais été limité à la représentation de son pays. Il a participé en tant que négociateur à de nombreux dossiers, en Namibie et en Angola en Afrique, à la Conférence de paix de Madrid en 1991 et aux négociations de paix de Wye River au Maryland en 1998. Il était responsable des dossiers concernant les relations des États-Unis avec les pays d'Europe centrale et orientale. Son expérience lui a permis d'occuper des postes sensibles au Département d'État et d'être le conseiller spécial du vice-Président des États-Unis, M. Joe Biden. Notre ami à qui nous disons adieu aujourd’hui possède une vaste expérience concentrée principalement sur les questions liées aux réformes politiques et économiques.

 

Mesdames et Messieurs,

 

Les relations américano-koweïtiennes remontent au début du XXème siècle, lorsque les Américains ont décidé de construire un hôpital au Koweït, à une époque où le traitement médical était limité chez nous aux traditions populaires et où les services de santé modernes étaient quasiment absents. Ils ont utilisé en 1911 une annexe du palais de Cheikh Moubarak comme hôpital temporaire jusqu'à l’achèvement de la construction du premier hôpital en 1913. La construction de cet hôpital américain a marqué un tournant dans les débuts de la modernité et du développement de notre société. Dans cet hôpital, les Koweïtiens ont appris à traiter certaines maladies incurables. Ils ont reconnu que les mains du personnel de l’hôpital représentaient la miséricorde, la santé et la guérison; de là, on trouve que les relations américano-koweïtiennes ont commencé à partir d’une perspective humanitaire qui a immortalisé le personnel de l’hôpital dans la mémoire de la population. Aujourd’hui, je saisis cette occasion pour rendre hommage aux premiers pionniers qui ont travaillé à l’Hôpital American au Koweït, et je voudrais remercier tout particulièrement les responsables qui ont mené à bien leurs tâches humanitaires durant nos circonstances difficiles: Dr. Paul Harrison (1912-1913), Dr. Stanley Mylrea (1913 - 1942) et Dr. Lewis R. Scudder (1939-1967). Je voudrais exprimer mes remerciements et ma reconnaissance aux médecins qui ont travaillé avec eux au cours des dernières cent années, tels que Dr. Wells Thomes, Dr. Harold Storm, Dr. Gerald Nykerk, Dr. Maurice Heusinkveld, Dr. Bernard Voss, Dr. Donald Bosch, Dr. Alfred Pennings, Dr. Egbert Fell, Dr. Eleanor Calverley (1912-1929), Dr. Esther Barny (1930-1937), Dr. Mary Allison (1934-1940) et Dr. Ruth Crouse (1940-1946). Je voudrais également remercier les infirmières distinguées, Mlle Mary Van Pelt (1916-1938), que les Koweïtiens adoraient à tel point qu’ils l’ont surnommée Khatun Miryam, et Mme Eleanor Heusinkveld (1945-1949). Il est à mentionner que trois de ces pionniers ont choisi d’être enterrés au Koweït: Dr. Mylrea en 1952, Dr. Nykerk en 1964 et Dr. Scudder en 1975. L’Hôpital Américain est toujours propriétaire de ses bâtiments historiques situés à la rue du Golfe, lesquels témoignent le début des relations entre nos deux pays.

 

Mesdames et Messieurs,

 

Si les relations entre les deux peuples, koweïtien et américain, sont anciennes et ont débuté à partir d’un plan humanitaire, nos relations diplomatiques et politiques sont également considérées comme les unes des plus anciennes. Depuis le début des années 50, nous avions un consulat américain au Koweït, qui a été transformé en ambassade après l'indépendance du Koweït en 1961. Nos relations ont bien progressé depuis et ont atteint leur niveau le plus élevé en 1990, lorsque les États-Unis ont décidé de persuader la communauté internationale à former une alliance militaire pour libérer le Koweït de l'occupation brutale. C'était une décision morale visant à défendre la paix mondiale, la Charte des Nations Unies et les lois internationales. Si cette décision courageuse n’avait pas été prise, la loi de la jungle et le chaos auraient prévalu, les droits seraient perdus et l’invasion militaire serait devenue le moyen de résoudre les problèmes politiques entre les pays. Les sacrifices que le monde libre a faits pour libérer le Koweït ont été consentis pour préserver la paix mondiale, tandis que les sacrifices des États-Unis étaient dus à sa position de leader de la communauté internationale en tant que superpuissance, et c’est ce que nous valorisons et respectons. Depuis lors, nos relations mutuelles ont pris une direction stratégique claire, basée sur une alliance et sur des bases solides de valeurs partagées, de visions et de respect mutuel.

 

Mesdames et Messieurs,

 

L’alliance entre nos deux pays est un partenariat stratégique sur tous les niveaux et dans divers domaines tels que la défense, la sécurité, le commerce, les investissements, la finance, l’éducation, la culture, les arts, les affaires consulaires, les douanes, la protection des frontières et la santé, ainsi que la coopération dans les forums internationaux visant à traiter des problèmes affectant la paix et la sécurité mondiales, tels que la lutte contre le terrorisme et l'utilisation des armes de destruction massive. Sur le plan militaire, le Koweït a modernisé ses installations militaires utilisées conjointement par nos forces, conformément aux instructions du Comité militaire. Sur le plan de la sécurité, nous avons toujours travaillé ensemble pour lutter contre le terrorisme. Sur le plan international, l’État du Koweït, en coopération avec les États-Unis, a aidé les personnes déplacées venant de régions en difficulté, et qui ont été accueillies par d’autres pays en tant que réfugiés. Sur le plan commercial, le Koweït est un investisseur actif à long terme aux États-Unis, principalement par l’intermédiaire du Kuwait Investment Authority, qui attribue la plupart de ses investissements aux États-Unis d’Amérique, ou investit en dollars américains, ce qui contribue à supporter l'économie américaine. Sur le plan éducatif, les établissements d'enseignement américains ont accueilli cinq générations de Koweïtiens et le nombre de Koweïtiens qui étudient en Amérique ne cesse d'augmenter.

Cher ambassadeur, nous cherchons toujours à créer davantage de partenariats stratégiques entre nos deux pays.

 

Mesdames et Messieurs,

 

Nous avons un principe important dans la diplomatie koweïtienne, que je voudrais souligner. Le Koweït n’oublie pas ses amis et tous ceux qui nous ont soutenus durant les crises et moments difficiles. Leurs noms sont gravés dans la mémoire de nos générations futures. Et comme on dit, un ami dans le besoin est toujours un ami, et donc la position des États-Unis d’Amérique à la suite de la brutale invasion du Koweït restera dans la mémoire de nos générations et dans l’histoire du Koweït. J'ai été ravi lorsque nos deux pays ont décidé de réserver un site au monument de la Tempête du Désert à Washington DC, afin de commémorer ceux qui ont participé à la libération du Koweït. Nous attendons tous avec impatience son ouverture dans un proche avenir.

 

Enfin, je voudrais vous remercier tous et remercier S.E. l’Ambassadeur Silverman pour tous les efforts qu’il a déployés afin de renforcer les relations entre nos deux pays. Je lui souhaite plein succès au service de son pays.

 
  Imprimer cette page